Bloc-notes - Une responsabilité

Texte publié le 10 janvier 1927 en une.

On recherchera ces jours-ci les responsabilités d’un chacun, dans la catastrophe d’hier. Il faudra définir celles des autorités municipales, celles des propriétaires du théâtre où plus de 75 enfants ont été asphyxiés ou grillés à mort, celles du personnel même des différents services municipaux, plusieurs autres, toutes également importantes.

Mais il ne faut pas perdre de vue que, parmi les grands responsables, il y a les journaux qui ont popularisé les représentations cinématographiques pour les enfants, leur ont fait une réclame payée insensée, ont appris aux tout-petits le chemin du cinéma, soit pour les spectacles destinés à eux seuls, soit pour d'autres destinés au public en général. La presse populaire dans toute cette affaire a une responsabilité évidente. Elle ne peut s'y dérober. Elle tâchera de la faire oublier en affichant une sympathie larmoyante pour les familles de enfants morts hier, en faisant sur toute cette affaire un tapage énorme. Au fond, elle sait qu’elle a sa très large part de responsabilité dans cette catastrophe. Car c’est elle surtout qui conduit les enfants au cinéma, leur en inspire le goût et la curiosité. Elle aura beau s’apitoyer ce soir sur le sort des enfants brûlés ou étouffés hier, décrire les spectacles de la morgue, la douleur des familles, elle ne pourra faire perdre de vue aux observateurs que les enfants morts hier sont en partie ses victimes.

La part du feu

Ce qui se passe depuis quelques mois à Montréal démontre que le feu y a la part trop large. On ne devait plus permettre de représentations du genre de celle d’hier dans des immeubles qui ne sont pas à l’épreuve du feu. Si les autorités municipales n’accordaient de permis pour salles de spectacles cinématographiques que dans des constructions faites de matériaux ininflammables, il n’arriverait pas d’incendies désastreux comme celui d’hier après-midi. S’avisera-t-on enfin à l’hôtel de ville, de réglementer sévèrement les salles de spectacles, de faire appliquer ces règlements avec vigueur, sans permettre à tel ou tel monsieur d’intervenir pour contrarier à tout bout de champ l’action es inspecteurs municipaux?