Quatre trente sous pour une piastre...

Nul ne saurait nier que l'engagement de Mme Harel dans la course à la mairie de Montréal a suscité un regain d'intérêt précieux pour une campagne qui était partie sur de bien tristes bases. En bénéficiant du légitime engouement populaire que l'on sait, elle a fait le choix de se joindre à Vision Montréal pour «amorcer un nécessaire et profond mouvement citoyen de changement à Montréal».

Hélas, ces prétentions n'auront pas résisté bien longtemps aux pratiques politiciennes usées jusqu'à la corde. Avec consternation, bien des citoyens auront donc certainement constaté que rénovation rime en fait avec chaise musicale et approximations chez Vision Montréal. Il va sans dire que le recrutement de l'ex-présidente d'Union Montréal, Mme Paris, n'est en rien un gage de sa bonne foi et que celle-ci n'eut pas un traître mot à redire de ses compagnons en plein coeur des différents scandales du printemps dernier. Que dire encore de ces mensonges éhontés aux médias quant au soi-disant débauchage de M. Hanna (rappelons que selon l'équipe Projet Montréal, il n'aurait jamais été des leurs) ou à l'utilisation de noms respectés en prétendant avoir eu leur appui?

La confiance des électeurs est une noble chose qui doit être respectée. Nous étions habitués à voir l'équipe de Gérald Tremblay en abuser, notamment en voyant Mme Fotopulos se présenter dans Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce en espérant peut-être faire oublier sa piteuse gestion du Plateau. Qu'il en soit de même pour le parti de Louise Harel est toutefois fort décevant, et les Montréalais ne sauront être dupes de ces basses oeuvres, renvoyant certainement dos à dos deux formations politiques qui n'ont finalement de différent que le nom.

À voir en vidéo