Listériose et fromage - Un acharnement injustifié

Après 20 décès, on a traité Maple Leaf avec les honneurs de la guerre, pendant que le MAPAQ (ministère de l'Agriculture du Québec) s'appliquait à fermer nos fromageries au lait cru à partir de préjugés. Des inspecteurs les ont même menacées si elles ne pasteurisaient pas. Pourtant, au colloque de la Fédération internationale de laiteries (FIL) des 11 et 12 mars dernier, à Ottawa, auquel j'ai assisté, les données contredisaient là aussi le MAPAQ.

Guy Auclair, MAPAQ, 11 septembre: «Nous avons la certitude que les opérations que nous avons menées nous ont permis de prévenir d'autres maladies et même de sauver des vies.» Rien de plus douteux, elle se serait tarie bien avant. Le 9 octobre, j'ai obtenu du ministère de la Santé la répartition par semaine des cas de listériose confirmés. Il s'agissait de deux cas en juin et juillet, puis ceux des sept semaines débutant par celle du 21 au 27 juillet: 4, 4, 2, 6, 7, 5 et 1 (ce dernier cas étant dans la semaine du 1er au 7 septembre). Maximale en semaine du 18 au 24 août, avec sept cas, l'éclosion décrût rapidement.

Une listériose se manifeste entre trois et 30 jours (jusqu'à 70). En choisissant un délai médian de 10 à 15 jours pour l'apparition des symptômes, la source de listériose se serait tarie en début d'août, bien avant les saisies du 6 septembre par le MAPAQ. Bien plus, plusieurs de ces fromages auraient été contaminés par la listéria, selon lui. Or, consommés en quantités les jours précédents, ils n'auraient occasionné aucun cas de listériose. Bizarre!

Le MAPAQ a accusé les Fromagiers de la Table ronde, de Sainte-Sophie-des-Laurentides, qui écoulaient leur production surtout dans les Laurentides, une des régions les moins touchées avec trois cas de listériose. Comment ont-ils réussi à contaminer tout le Québec en épargnant leur région? Ils ont dû pasteuriser pour survivre au MAPAQ.

À s'acharner contre le lait cru, le MAPAQ aggrave la dangerosité des éclosions bactériennes en laissant courir les vrais coupables. Pris de court, il a menti à la population, cautionné en cela par le ministre Laurent Lessard. Le MAPAQ se donne le droit de vie ou de mort et sans donner de preuves.

D'autres données contredisent le MAPAQ

Les fromages au lait cru et artisanaux ne sont pas le «risque maximum tolérable», mais bien un risque minimal. L'homme, qui consomme du lait cru depuis 10 000 ans, n'aurait découvert sa dangerosité que depuis 100 ans? Ridicule! Nos ancêtres éliminaient rapidement tout aliment inadéquat. Quatre cent millions d'Européens ont accès au lait cru, aucune inquiétude. Il est légal dans la plupart des pays du monde, le Canada ayant l'honneur douteux d'être seul pays du G8 à l'interdire complètement.

Selon la Fédération internationale de laiteries (FIL), dans un rapport publié en 1996, quantités d'aliments circulant sur nos tables, comme les viandes et les charcuteries, sont nettement plus contaminés par listéria que le lait cru. Vous avez probablement dégusté listéria aujourd'hui. Elle se retrouve partout, même dans le ciboire du curé.

Au colloque de la FIL, à Ottawa, les Européens proposent de tolérer jusqu'à 100 listérias par gramme pour le roquefort. Deux autres fromages au lait cru, le cantal et le comté, sont en voie d'être acceptés. On est loin du MAPAQ resté campé à «zéro listéria». Également, on accepterait 100 fois plus de staphylocoques dorés que le MAPAQ qui s'en sert pour fermer nos fromageries. Or, ces dernières bactéries, peu dangereuses (vous en avez sur les mains), s'attaquent à listéria. Le zèle de propreté du MAPAQ favorise la listéria. L'émission La Semaine verte de Radio-Canada du 15 mars 2009 a démontré que cinq fromages européens sur les huit testés au hasard auraient dû être bloqués par le MAPAQ. Le fera-t-il? Il a le choix entre déclencher une guérilla commerciale ou établir des normes intelligentes.

Dangereux, le lait cru ?

Pour ceux craignant le lait cru, il existe un fait: presque tous les producteurs laitiers le consomment, confirmé publiquement au congrès régional de l'UPA, le 13 octobre 1999. Dangereux, un aliment consommé impunément par 100 % d'une population, les producteurs? Récemment ont paru plusieurs études montrant que le lait cru renforce et équilibre le système immunitaire chez l'enfant, à l'instar du lait maternel qui renforce le nourrisson, d'abord parce qu'il est cru. Même si ces études sont toutes publiées dans des revues scientifiques, on se garde bien d'en parler dans notre contexte de psychose.

Le Conseil de recherches médicales du Canada n'a-t-il pas versé des sommes importantes pour démontrer, grâce aux travaux du Dr Gustavo Bounous, retraité de McGill, que le lait cru stimule notre système immunitaire contre cancer, troubles digestifs, inflammatoires, etc.? Mais le MAPAQ invente de fausses accusations contre le lait cru, preuves à l'appui (voir mon livre). Loin d'être une menace de contamination, les produits au lait cru devraient protéger.

La pasteurisation du lait remise en question

En avril 2008, témoins en cour contre le gouvernement de Californie, deux éminents spécialistes expliquent que le lait pasteurisé est plus dangereux que le lait cru. Il s'agit du Dr Theodore F. Beals, médecin anatomiste et pathologiste depuis 1967, 31 ans à l'Administration des vétérans des États-Unis, dont six comme directeur national à Washington. Deuxième témoin, le Dr Ronald R. Hull, microbiologiste depuis 1971, 20 ans à l'Agence de recherche industrielle fédérale d'Adelaïde, Australie, dont 15 ans à titre de directeur de la section microbiologique de la division laitière, puis dans son entreprise de consultants.

C'est dans un aliment mort et aseptisé que listéria prolifère: une compote se gâte rapidement, alors qu'une pomme crue se conservera des mois. Selon les études scientifiques, la pasteurisation détruit la protection du lait contre les mauvaises bactéries. Pasteurisés, les produits laitiers se contaminent plus facilement: en Europe, la presque totalité des intoxications à listéria par le fromage le sont par le fromage pasteurisé contaminé post-pasteurisation.