Le Devoir plus

L'automne est à la fenêtre en ce petit samedi frisquet, mais l'équipe du Devoir prend l'engagement de vous garder au chaud grâce à la lecture de votre quotidien qui, depuis quelques jours déjà, vous offre plus d'espace rédactionnel que par le passé.

Les lecteurs du Devoir sont des gens exigeants qui suivent l'actualité sur plusieurs supports médiatiques différents et qui n'aiment pas pour autant être forcés de manipuler des tonnes de papier pour trouver ce qu'ils cherchent.

Votre Devoir s'engage à garder le cap sur l'objectif d'être le plus complet possible tout en étant le plus synthétique possible dans les créneaux qui font sa réputation de quotidien national de référence pour le Québec. Et bien entendu, à ne faire aucun compromis au chapitre de la qualité.

À court terme, pour la durée de la présente campagne électorale, nos journalistes, chroniqueurs, photographes et éditorialistes, sans oublier notre brillant caricaturiste, suivent les débats sans relâche pour vous offrir une analyse et une mise en perspective susceptible d'éclairer votre choix le 14 octobre prochain.

C'est donc avec la rigueur habituelle, et sans complaisance, que les chroniqueurs chevronnés Manon Cornellier (lundi, mercredi et pour la revue de presse du Canada anglais le samedi), Michel David (mardi, jeudi et samedi) et Chantal Hébert (samedi) analysent et commentent la campagne en cours. De leur côté, nos chroniqueurs invités Lise Payette, Denise Bombardier, Gil Courtemanche, Jean-Jacques Stréliski et Norman Spector ne manqueront pas d'ajouter leur grain de sel.

D'ici la fin de la campagne, les journalistes Hélène Buzzetti, Kathleen Lévesque, Alec Castonguay ainsi que Manon Cornellier alimenteront aussi des carnets de campagne auxquels les internautes seront appelés à réagir sur le site ledevoir.com.

Une nouveauté ce automne, Le Devoir a accepté de participer à un consortium de médias électroniques qui mettra en ligne, dès lundi, un site web ponctuel où les internautes seront appelés à poser des questions et à réagir aux propos des chefs de partis. Les détails vous seront communiqués lundi dans nos pages. C'est à suivre...

Il y a les élections, mais il y a aussi tout le reste... Cette grande série par exemple, Réussir sa vie, qui débute ce matin et qui se poursuivra tous les jours jusqu'à samedi prochain. Et après les élections, Le Devoir continuera de vous offrir plus d'espace rédactionnel que par le passé, partagé, selon les besoins, entre la Culture, l'Économie, le Monde et les Actualités, dans le même esprit de concision et de précision qui fait la spécificité des grands quotidiens modernes.

Par ailleurs, les coûts de production ayant augmenté de façon très importante au cours des dernières années, Le Devoir doit ajuster le prix du journal en kiosque. Il y avait plus de 15 ans que cela n'avait pas été fait pour les éditions de semaine, malgré une hausse constante des coûts de production. Nous pourrons ainsi améliorer la qualité du journal et maintenir un équilibre budgétaire sans lequel le seul quotidien indépendant du Québec ne pourrait exister. En revanche, les lecteurs assidus seront heureux d'apprendre que le prix de l'abonnement reste le même, que ce soit pour la version papier ou la version électronique, deux solutions faciles pour s'assurer d'une livraison quotidienne du Devoir à très petit prix.

Le Devoir fêtera ses cent ans d'existence en 2010, mais comme ses amis lecteurs et lectrices le constateront, il reste le journal le plus pertinent en matière sociale, politique, culturelle et environnementale au Québec. La direction et toute l'équipe du Devoir tient à remercier ses lecteurs de leur fidélité et de leur confiance, deux caractéristiques qui permettent de maintenir et de développer une presse quotidienne indépendante de grande qualité et de très grande importance pour la diversité de l'information au Québec.

***

Jean-Robert Sansfaçon

rédacteur en chef

À voir en vidéo