Dans le ventre de l'hiver

Hybride architectural du XXIe siècle, l’établissement semble le fruit d’un croisement forcé entre un igloo et un hôtel de luxe. Hall grandiose au lustre scintillant, fines colonnes supportant un plafond majestueux, feux de bois, cinéma, bar bran
Photo: Hybride architectural du XXIe siècle, l’établissement semble le fruit d’un croisement forcé entre un igloo et un hôtel de luxe. Hall grandiose au lustre scintillant, fines colonnes supportant un plafond majestueux, feux de bois, cinéma, bar bran

Pour contrer le froid de janvier et février, deux attitudes. D'abord, la fuite. Mais il est aussi possible de contre-attaquer bravement : faire fi des quolibets des collègues, enfiler ses plus chauds vêtements et plonger pour un week-end à l'Hôtel de Glace de Québec. Voyage au coeur de l'hiver.

Au téléphone, le personnel de l'Hôtel de Glace se veut rassurant. Dans les chambres, oui, la température oscille autour de -5 °C mais les sacs de couchage fournis par l'établissement sont parfaitement adaptés. Les lits sont effectivement formés de blocs de glace mais recouverts de bois, d'un matelas de mousse et de fourrures. Non, il n'y a pas de portes, les murs de neige ne le permettent pas. Un rideau garantit cependant l'intimité des dormeurs, et les bagages sont placés sous bonne garde dans un vestiaire du pavillon d'accueil. Quant aux salles de bains, détail trivial mais qui a son importance, elles sont évidemment chauffées. Très bien.

Entre Montréal et la station de plein air Duchesnay, au nord de Québec, l'imagination s'emballe toutefois — une nuit dans un congélateur ! — et le bel optimisme des visiteurs a tout le temps de se dégonfler. Résultat ? Le premier regard posé sur l'hôtel reste froid. D'autant plus que, blanc de neige sur fond de neige blanche, le bâtiment se fait plutôt discret dans la lumière de l'après-midi.

Mais dès que la pénombre s'installe, l'Hôtel de Glace impose ses charmes. Sa masse sculptée par des projecteurs prend des proportions impressionnantes. Passé le rideau de cuir qui masque l'entrée, la folie que représente l'existence de cette construction se révèle. Hybride architectural du XXIe siècle, l'établissement semble le fruit d'un croisement forcé entre un igloo et un hôtel de luxe. Hall grandiose au lustre scintillant, fines colonnes supportant un plafond majestueux, feux de bois, cinéma, bar branché... Tout y est. Mais tout est en glace, jusqu'aux verres dans lesquels le barman emmitouflé sert de la vodka Absolut — commandite oblige ! — ou des cocktails casse-gueule baptisés « Ours polaire ». Et les foyers ne dégagent aucune chaleur.

La guide rappelle d'ailleurs qu'une séance d'information est prévue après le souper sur la façon de vivre une nuit confortable à l'Hôtel de Glace. Puis abandonne les hôtes à la découverte de leur chambre. Plafond, murs et plancher de neige, deux lits et une table de chevet de glace, la suite Aztèque doit son nom à ses décorations — totem et bas reliefs, glacés, bien entendu — d'inspiration mexicaine. Jusqu'à 20h, comme ses voisines 007, Jazz ou Florale, la suite Aztèque est ouverte aux visites. Les occupants d'un soir pourront donc s'y installer à compter de 21h30, après avoir récupéré leur sac de couchage.

Dans la chaleur du pavillon d'accueil, l'opération semblait pourtant simple : d'abord, se glisser en pyjama dans le mince drap intérieur, puis s'engouffrer dans le sac lui-même, y coincer tous les objets de première nécessité qui craignent le gel, remonter la fermeture-éclair, fixer les velcros, mettre sa tuque, rabattre le capuchon, tirer les cordons, fermer les yeux... bonne nuit ! Mais dans l'obscurité de la suite Aztèque — et, il faut bien l'avouer, après quelques Absolut saveur mandarine —, la mise au lit se complique... Une consolation : le fou-rire réchauffe !

Mais pas pour longtemps.

Quelques minutes suffisent pour que le froid — ou, plutôt, l'idée qu'on s'en fait — revienne hanter les esprits frileux. Et commence la valse des récapitulations mentales. Pieds au sec ? Pas trop bu, pour ne pas avoir à se rendre aux toilettes en pleine nuit ? Pas trop chaud, pour ne pas transpirer et finalement claquer des dents ? Comment se retourner sans se perdre dans son sac ? Où est le mur ? Le bord du lit ? Maman, où est la sortie ? C'est vraiment ainsi que se sentent les bélugas échoués sur une banquise ? Le sommeil finit toutefois par gagner, puisque ce sont les pas des voisins sur le tapis de neige du corridor de neige qui tirent les dormeurs de leur torpeur. La lumière du soleil traverse le toit et les murs. Le silence est total. L'air est cristallin. Dix minutes de paix parfaite, juste le temps de rassembler assez de courage pour s'extirper du — relativement ! — chaud cocon et réenfiler bottes et manteau avant que les visites guidées ne commencent.

Dehors, oui, les clients échangent des sourires complices en se dirigeant vers le restaurant de la station Duchesnay, où les attend un copieux petit-déjeuner. L'impression, un peu futile sans doute, mais réconfortante, d'avoir traversé la même épreuve... et d'avoir enfin vaincu l'hiver.

***

Construction de neige

Ils sont fous, ces Suédois... Et cette folie est contagieuse ! L'idée d'un Hôtel de Glace au Québec arrive tout droit d'un petit village lapon nommé Jukkasjärvi où, depuis plus de dix ans, les Suédois érigent et donnent vie à cet attrait touristique. C'est en 2001 que Québec, voire l'Amérique entière, découvre ce concept. Imaginez une structure entièrement fabriquée de 12 000 tonnes de neige et de 400 tonnes de glace, mesurant plus de 5,4 mètres de haut. Après ses débuts avec un hôtel de 1000 mètres carrés, l'Hôtel de Glace de Québec occupe aujourd'hui une superficie deux fois et demie plus grande, soit de 3000 mètres carrés.

Cette édition 2003 offre 20 chambres et 12 suites thématiques. Si ça vous dit, vous pouvez aussi créer le décor qui vous enchante pour une nuitée dans la suite de vos rêves. Vous avez envie d'une extravagance, de la forêt tropicale en glace ? Pas de problème, l'équipe de sculpteurs de l'hôtel façonnera cette suite à votre goût, moyennant la somme de 5000 $ pour la nuit. Avec un jacuzzi privé !

On retrouve aussi dans cette enceinte une très « chaleureuse » chapelle où pas moins de sept mariages seront célébrés cet hiver, deux salles d'exposition, un cinéma, deux cours intérieures et un bar. Une nouveauté cette année : une salle de réception baptisée le N'ice Club, d'une capacité de 400 personnes.

L'éphémère « bâtiment »

Dès le début de décembre, on s'affaire à fabriquer la neige et à installer les moules de l'Hôtel de Glace.

La matière première de l'hôtel est la neige qui est fabriquée sur le site même à l'aide de canons. Il s'agit d'une neige très dense et qui, après quelque temps, devient aussi dure que de la glace. Cette neige est soufflée sur des moules de métal en forme de dôme. Elle est retenue par des contreplaqués de bois. Entre dix heures et trois jours plus tard, dépendant de la température, les moules sont retirés puis déplacés ailleurs sur le site où ils sont réutilisés pour le coulage d'une autre section. Le démoulage s'effectue en douceur puisque les moules ont des patins à la base qui leur permettent de glisser sur la neige. Les murs ont environ 1,2 mètre d'épaisseur à la base, tandis que le faîte du dôme est d'environ 60 centimètres d'épaisseur.

Les blocs de glace proviennent quant à eux de Montréal. Ils sont faits avec de l'eau désoxygénée, ce qui les rend totalement transparents. Ils sont principalement utilisés pour le mobilier (bar, lits), les colonnes, les sculptures et les verres. On les place aussi aux extrémités des corridors de l'hôtel pour reconstituer des murs en forme de brique.

Le site de l'hôtel se trouve depuis l'année dernière sur le bord du lac Saint-Joseph, à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier, voisin de la station écotouristique Duchesnay. L'hôtel et la station sont en fait partenaires, ce qui permet d'offrir des forfaits combinés incluant diverses activités hivernales telles que la pêche blanche, le ski de randonnée sur un domaine de 125 kilomètres, la motoneige, l'escalade sur glace, le patin et le traîneau à chiens.

Sans débourser environ 400 $ par personne pour une nuit à l'Hôtel de Glace, il y a aussi la possibilité de visiter cette fabuleuse architecture de glace. L'hôtel est ouvert dès 8 h 30 jusqu'à 20 h. Comptez 12 $ pour les adultes, 10 $ pour les étudiants et aînés, et 6 $ pour les enfants. La station écotouristique Duchesnay saura vous proposer des activités de plein air afin de combler le reste de votre journée !

Julie Carpentier, Dominique Reny

Hôtel de Glace Québec-Canada

% (418) 875-4522

www.hoteldeglace.qc.ca

À voir en vidéo