Pour marquer le temps...

Le temps est précieux, voire essentiel. Si, dans les années 50 à 70, on a assisté à un minimalisme de l'horloge et à sa déstructuration, il y a depuis quelques années une tendance à retrouver l'horloge de grand-papa, véritable meuble à égrener les secondes, empli de résonances du passé.

Le carillon avait entrepris son martèlement des heures. Il était 14h. L'une des immenses horloges en cerisier, édulcorée à souhait, devenait, l'espace d'un instant, la star de la mezzanine où trônent canapés, guéridons, armoires et autres éléments forts respectables de mobilier.

Tous les yeux et les tympans présents étaient pourtant rivés à l'horloge. Un sourire accompagnait les lèvres des passants honnêtes.

Le son du carillon rappelait aux plus anciens les heures du passé, composé ou décomposé. Pour les plus jeunes, c'était comme revisiter une portion d'histoire entendue dans la famille, se remémorer l'atmosphère d'un film en noir et blanc ou d'un roman oublié. Après les deux coups de carillon, c'est une minute de musique échappée des cloches du Mont-Saint-Michel qui prend le relais. Mais on peut opter, avec ce style d'horloge haut de gamme, pour d'autres thématiques musicales. Cela va de la Neuvième Symphonie de Beethoven à l'Ave Maria de Gounod en passant par le carillon de Big Ben.

L'horloge de grand-papa a évolué. On peut la programmer sur ces dérives musicales ou lui interdire, pendant la nuit, de se faire l'écho des heures ou des demi-heures qui s'étalent.

On assiste également à une plus grande ouverture visuelle de l'horloge. Si, autrefois, le bois entourait presque complètement le mécanisme, l'horloge d'aujourd'hui est de plus en plus échancrée d'ouvertures pour y observer le mécanisme cadencé, le carillon, le balancier et les poids. Tout est le plus souvent en cuivre massif, avec quelques réglages à faire lors de la mise en marche et de la mise en place. Les thèmes du balancier sont la plupart du temps des ronds de cuivre lisses ou finement ciselés, ou encore ils reproduisent une harpe.

Aujourd'hui, certaines font aussi office de meuble à compter les heures et les objets précieux: les horloges curio. De fines tablettes de verre entourent le mécanisme où viendra trôner une minisculpture maya ou un artéfact du minimalisme le plus précieux. Les meilleurs mécanismes observés sont fabriqués en Allemagne, du côté de la Schwarzwald, haut lieu de l'horlogerie de précision et du façonnage des coucous.

Sur le plan de la marqueterie, le choix des matériaux est le plus souvent le bois dur tiré du cerisier ou du chêne, entouré ou serti de colonnades en bois ou en cuivre. Les dessus des horloges les plus couramment vendues sont faits de minipéristyles de bois ou de cuivre, où viennent se graver des initiales ou des motifs rappelant les colonnades ou le style général de l'horloge (classique, grec, empire, etc.).

On trouve également des horloges qui, tout en étant des meubles de salon, rappellent, vu la taille de leur cadran, les anciennes horloges de gare ou d'école. Ces énormes cadrans sont quelquefois sertis de chiffres romains, histoire de marquer l'heure encore un peu plus à l'imparfait. Autre référence: celle qui fait défiler au-dessus des heures un écran lunaire, avec le bal des galaxies qui y défile.

Il faut compter de 3000 à 5000 $ environ pour ces types d'horloges avec mécanismes précieux. Mais il existe aussi une sorte d'horloge de la même taille, l'horloge bibelot, qui utilise des bois à l'apparence patinée et qui sont peints à la main. Le mécanisme y est à batterie, et le son qui en sort est de qualité, sans les options précédemment citées. Les prix oscillent autour de 1300 $.

Sur la mezzanine, le carillon s'est tu. Les passants se sont approchés de toutes les autres horloges, toujours avec le sourire. Je me trouvais au rayon horloge du magasin J. C. Perreault, le plus important commerçant d'horloges au Québec. Pour quelle raison l'horloge de grand-mère connaît-elle un tel engouement? Gilles Anctil, designer d'intérieur, a une réponse claire: «On achète aussi bien ce type d'horloge pour un mariage ou un départ à la retraite que pour un anniversaire de noces réussies dans le temps. Pour commencer la vie à deux ou la finir. C'est surtout pour marquer le temps.»

Il était 15h. Le temps s'est remis à sonner. Un peu comme chez mes grands-parents.

Carnet d'adresses

J. C. Perreault
5, rue Industrielle
Saint-Roch-de-l'Achigan
(450) 588-7211
www.jcperreault.com