L'épicier Metro continue d'engranger les profits

Metro a haussé son profit de 33 % par rapport à l’an dernier.
Photo: Jacques Nadeau Metro a haussé son profit de 33 % par rapport à l’an dernier.

L'épicier Metro continue d'engraisser. L'entreprise québécoise a terminé son année financière sur un profit de 253 millions en hausse de 33 % par rapport à celui de l'exercice précédent.

Il s'agit d'un bénéfice net de 2,18 $ par action, comparativement à 1,92 $ par action pour l'année financière terminée le 24 septembre 2005.

Le p.-d.g. Pierre H. Lessard s'est dit très heureux de ce résultat, obtenu alors que la société poursuit l'intégration de la chaîne A and P Canada acquise il y a un peu plus d'un an pour 1,7 milliard.

«Nous sommes satisfaits des progrès réalisés à date, et sommes confiants que Metro est bien positionnée pour poursuivre sa croissance dans le marché alimentaire canadien», a-t-il déclaré hier.

En 12 mois, Metro a comptabilisé des revenus de 2,67 milliards. C'est 721 millions de plus que pour la période correspondante il y a un an. Les ventes de magasins comparables ont augmenté de 1,2 % pour l'exercice.

Selon le p.-d.g., l'intégration d'A&P progresse plus rapidement que prévu. Metro s'attend à surpasser son objectif de synergies pour la deuxième année, qui a été fixé à 70 millions.

Pour le quatrième trimestre, la chaîne d'alimentation a réalisé des profits de 78,9 millions, en hausse de 57,2 % par rapport à ceux de 50,2 millions enregistrés un an auparavant. Par action, le bénéfice net dilué a été de 0,68 $, comparativement à 0,48 $. La hausse d'une année à l'autre est de 41,7 %.

Le chiffre d'affaires de la compagnie pour la période de trois mois a augmenté de 37 % pour atteindre 2,67 milliards. Au quatrième trimestre de 2005, le chiffre d'affaires avait été de 1,95 milliard.

En excluant l'acquisition de A&P Canada, l'effet de la 53e semaine de 2006, la baisse des ventes de produits de tabac et l'abandon de certains clients, l'augmentation du chiffre d'affaires aurait été de 1,9 %, a expliqué Metro, hier.

L'ouverture de super magasins Wal-Mart abritant des épiceries n'inquiète pas outre mesure l'épicier qui s'estime «bien positionné pour poursuivre sa croissance» au Québec ainsi qu'en Ontario où il exploite les enseignes Loeb, Dominion et Food Basics.

«Nous continuerons à moderniser notre réseau de vente au détail. Nous avons un bon rythme», a déclaré M. Lessard en conférence téléphonique avec les analystes financiers.

Metro a notamment l'intention d'élargir son offre de produits frais et transformera peut-être certains établissements ontariens en franchises.

En 2006, Metro a investi 312,6 millions dans son réseau de magasins. La société a rénové ou agrandi 49 établissements et en a ouvert une vingtaine.

Hier après-midi à la Bourse de Toronto, l'action de la compagnie valait 36,67 $ en hausse de 0,90 $ par rapport à son cours de clôture de la veille.