Le Maryland et la Virginie réclament la peine de mort

Washington - Les États du Maryland et de Virginie, limitrophes de la capitale fédérale, ont d'ores et déjà annoncé qu'ils comptaient requérir la peine de mort contre les deux tueurs présumés de la région de Washington, arrêtés jeudi et dont les motivations demeuraient toujours mystérieuses hier.

Pour sa part, le comté de Montgomery (Maryland), dans la banlieue nord de Washington, va engager des poursuites contre les deux tueurs de la région pour six meurtres, a annoncé hier un procureur du comté.

«Dans les prochaines heures, la police du comté et le bureau du procureur de l'État vont obtenir un mandat d'arrêt à l'encontre de John Muhammad et Lee Malvo pour six chefs d'accusation de meurtre au premier degré», c'est-à-dire pour assassinats, a déclaré à la presse Douglas Gansler.

«La Virginie et le Maryland appliquent la peine de mort. Les deux juridictions ont l'intention à ce stade de la requérir» contre les deux meurtriers présumés, a affirmé le procureur.

Six des dix meurtres imputés aux deux hommes ont été commis dans les limites du comté de Montgomery, un secteur résidentiel de l'État du Maryland, limitrophe de la capitale fédérale.

Plus tôt hier, le gouverneur du Maryland, Parris Glendening, avait affirmé que le moratoire sur la peine de mort qu'il avait réclamé en 2000 dans son État, n'aurait pas d'incidence sur cette affaire. «Le moratoire n'aura pas d'impact sur ce dossier», a-t-il indiqué.

L'application de la peine de mort est suspendue dans le Maryland jusqu'à ce qu'il soit établi que cette punition est appliquée sans discrimination raciale.

«Le Maryland peut en revanche réclamer une peine de prison à vie sans possibilité de libération anticipée», a dit le procureur Gansler.

«Nous sommes en mesure de présenter les preuves les meilleures et les plus décisives dans le comté de Montgomery», a-t-il affirmé. Il a indiqué que pour l'instant, les deux hommes seraient maintenus en détention dans une prison fédérale dont le lieu n'a pas été précisé.

La Virginie, est, après le Texas, l'État qui applique le plus la peine de mort depuis qu'elle a été réinstaurée aux États-Unis en 1976 à la suite d'une décision de la Cour suprême. La procédure judiciaire à l'encontre des deux hommes a été lancée dès jeudi. Ils ont été présentés à un juge du tribunal fédéral de Baltimore (Maryland).

La loi fédérale interdit d'inculper de meurtre un suspect. Cette prérogative est du ressort de la juridiction des États où le crime a été commis.

Les autorités de la ville de Montgomery, dans l'Alabama, où les deux hommes sont accusés d'avoir tué une femme et blessé une autre lors d'un cambriolage le 21 septembre, ont annoncé elles aussi qu'elles allaient requérir la peine de mort.

Pour l'heure, les théories les plus folles qui ont fait du plus âgé des détenus un détraqué, un néonazi ou un terroriste, se sont dissipées pour laisser la place à une certitude: John Allen Muhammad est un minable, malheureux en affaires et en amour.

«Tous les experts se sont trompés», souligne le quotidien Baltimore Sun en notant que la plupart de ceux qui avaient tenté de dresser un profil psychologique du tueur tablaient sur un homme blanc et frustré.

Les Américains ont constaté que l'homme noir de 41 ans, qui a froidement égrené la mort avec son complice jamaïcain de 17 ans, John Lee Malvo s'était fait pincer comme un clochard, endormi dans sa voiture garée dans un stationnement.

John Allen Muhammad, converti à l'islam 17 ans plus tôt, a divorcé deux fois. Décrit comme ayant «de l'humour» et aimant «rencontrer des gens» par sa première femme Carol Williams, il est en revanche dépeint par sa seconde, Mildred Greenil, comme «coléreux» et menaçant.