Des Tchétchènes font des centaines d'otages à Moscou

Moscou - Un groupe d'hommes armés et bardés d'explosifs a pris plusieurs centaines de personnes en otages dans un théâtre hier soir à Moscou en demandant «que la guerre finisse» dans une opération revendiquée par les indépendantistes tchétchènes sur leur site kavkaz.org.

Il s'agit du groupe de Movsar Baraïev, neveu du chef de guerre tchétchène Arbi Baraïev, tué l'année dernière, affirme le communiqué de kavkaz.org.

Selon ce site, le chef du commando, Movsar Baraïev, dirige le commando qu'accompagnent «40 veuves de combattants tchétchènes». Ils ont miné la salle qui contient à peu près 1000 otages, selon cette source. Tous les enfants présents ont été libérés, a affirmé Movsar Baraïev.

Les services de sécurité russes cités par plusieurs médias russes ont estimé le nombre des otages à environ 700 alors que la police a indiqué à un correspondant de l'AFP sur place que 150 personnes avaient été libérées, dont les enfants, les Géorgiens et les étrangers.

Les preneurs d'otages sont en mission suicide, a déclaré Movsar Baraïev. «Les combattants tchétchènes sont venus à Moscou pour mourir et non pour survivre», a-t-il dit, selon kavkaz.org, en expliquant que leur première et unique revendication était la fin du conflit en Tchétchénie et le retrait rapide des forces russes du territoire du Caucase du Nord.

Les agresseurs armés de fusils mitrailleurs, entre dix et vingt hommes arrivés à bord de plusieurs voitures, selon des témoins, ont tiré en l'air et pris le contrôle de la salle de spectacle. Elle est situé dans la maison de la culture d'une usine du sud-est de la ville, où on joue une comédie musicale russe à succès intitulée Nord-Ost. Ils ont ensuite placé des explosifs dans le bâtiment et menacé de le faire sauter si les forces de l'ordre, rapidement arrivées sur les lieux et massées autour du théâtre, tentaient de donner l'assaut. Cette menace a été transmise à la police par des otages munis de téléphones cellulaires, a rapporté l'agence Interfax.

Les agresseurs portent des ceintures d'explosifs, d'après la même source. Ils ont affirmé qu'ils exécuteront dix otages pour chacun des leurs qui sera tué, toujours selon Interfax. D'après une collaboratrice de la radio Écho de Moscou, le commando a averti que «s'il entendait un seul coup de feu, il commencerait à exécuter les otages». Les assaillants se sont présentés comme les «kamikazes de la 29e division», selon ce témoignage. Une telle unité est inconnue des experts du conflit tchétchène.