Israël frappe Gaza après un tir de roquette

«La frappe de cette nuit poursuit les progrès pour empêcher le renforcement» du Hamas, a déclaré l’armée israélienne.
Agence France-Presse «La frappe de cette nuit poursuit les progrès pour empêcher le renforcement» du Hamas, a déclaré l’armée israélienne.

Des avions israéliens ont frappé plusieurs sites militaires dans la bande de Gaza tôt dimanche, quelques heures après que des militants palestiniens ont tiré un missile sur le sud d’Israël, alors que les tensions montent en Cisjordanie occupée, selon Israël.

L’armée israélienne a déclaré que les frappes aériennes visaient une usine de fabrication d’armes et un tunnel appartenant au Hamas, le groupe qui contrôle Gaza depuis 2007. L’armée a précisé que davantage de projectiles avaient été tirés au-dessus de la frontière alors que des avions de guerre frappaient les sites de Gaza.

Aucun groupe palestinien n’a revendiqué la responsabilité du tir de roquette de samedi soir, qui a atterri dans une zone dégagée près du mur entre Gaza et Israël. La frontière est calme depuis le blitz de trois jours d’août entre Israël et le Jihad islamique palestinien, une organisation armée de Gaza plus petite que le Hamas.

Le Hamas et d’autres factions ont largement honoré les accords non officiels qui ont maintenu le calme dans le territoire appauvri en échange de milliers de permis de travail israéliens. Israël et l’Égypte maintiennent un blocus sur Gaza pour empêcher le Hamas de stocker des armes.

« La frappe de cette nuit poursuit les progrès pour empêcher le renforcement » du Hamas, a déclaré l’armée israélienne.

Les détracteurs du blocus disent qu’il s’agit d’une forme de punition collective qui nuit aux 2,3 millions d’habitants de Gaza.

Alors que Gaza est restée calme, la tension monte depuis des mois en Cisjordanie, où l’Autorité palestinienne exerce une autonomie limitée dans certaines parties du territoire.

Israël a mené des raids quasi quotidiens qui, selon ses dires, visaient des Palestiniens impliqués dans la planification ou la participation à des attaques palestiniennes contre des Israéliens au printemps qui ont tué 19 personnes.

L’armée dit que les raids sont destinés à démanteler les réseaux militants et à contrecarrer de futures attaques, mais les Palestiniens affirment qu’ils enracinent l’occupation israélienne à durée indéterminée, qui en est maintenant à sa 56e année. Une récente vague d’attaques palestiniennes contre des cibles israéliennes a tué neuf personnes supplémentaires.

Plus de 140 Palestiniens ont été tués dans les combats israélo-palestiniens cette année. L’armée israélienne affirme que la plupart des Palestiniens tués étaient des militants. Mais de jeunes lanceurs de pierres qui protestaient contre les incursions de l’armée israélienne et d’autres non impliqués dans les affrontements ont également été tués.

À voir en vidéo