En Iran, la répression de la contestation touche aussi les enfants

Un Iranien traverse une rue de Téhéran en tenant une fillette par la main. En arrière-plan, une affiche géante intitulée « Les femmes de mon pays, l’Iran », sur laquelle toutes les femmes portent le voile, tel que prescrit par le code vestimentaire strict de la République islamique.
Agence France-Presse Un Iranien traverse une rue de Téhéran en tenant une fillette par la main. En arrière-plan, une affiche géante intitulée « Les femmes de mon pays, l’Iran », sur laquelle toutes les femmes portent le voile, tel que prescrit par le code vestimentaire strict de la République islamique.

Depuis le début du mouvement de contestation en Iran il y a près d’un mois, plus de 20 enfants ont été tués dans la répression et des centaines emprisonnés, certains étant détenus dans des centres chargés de les « rééduquer », selon des ONG.

L’Iran est secoué depuis le 16 septembre par des manifestations déclenchées par le décès de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans morte trois jours après son arrestation par la police des moeurs à Téhéran pour avoir, selon celle-ci, enfreint le code vestimentaire strict de la République islamique pour les femmes, prévoyant notamment le port du voile.

« Femme, vie, liberté » ou « Mort au dictateur » scandent les Iraniennes, fer de lance des manifestations auxquelles participent aussi de nombreux jeunes, parfois au péril de leurs vies.

Amnesty Iran évoque sur Twitter au moins 23 enfants « tués illégalement par les forces de sécurité iraniennes ». « Les victimes ont entre 11 et 17 ans », précise l’organisation.

D’après l’ONG Human Rights Activists News Agency (HRANA), basée aux États-Unis, au moins 26 jeunes ont été tués depuis la mi-septembre et trois d’entre eux avaient 12 ans.

Mais le bilan pourrait être encore plus élevé, estiment des ONG.

 

D’autre part, la Société iranienne pour la protection des droits des enfants, basée en Iran, a indiqué cette semaine que des familles étaient « tenues dans l’ignorance » sur le sort de leurs enfants arrêtés qui sont, par ailleurs, privés de représentation juridique.

Certains jeunes sont emprisonnés dans des centres pour délinquants toxicomanes adultes, a alerté Hassan Raissi, avocat iranien des droits humains.

 

Ces informations « sont très inquiétantes », a-t-il jugé, estimant que les jeunes « de moins de 18 ans ne doivent jamais être détenus avec des criminels de plus de 18 ans. C’est une obligation légale ».

Selon cet avocat, cité mercredi par le site d’informations Iran Wire, « environ 300 personnes âgées entre 12-13 ans et 18-19 ans se trouvent en garde à vue ».

« Antisociaux »

L’UNICEF s’est dit lundi « très inquiète » des informations faisant état « d’enfants et d’adolescents tués, blessés et arrêtés ».

Le ministre iranien de l’Éducation, Youssef Nouri, a admis que des écoliers avaient été arrêtés dans la rue ou dans leur établissement.

« Il n’y en a pas beaucoup. Je ne peux pas donner de nombre exact », a-t-il affirmé, d’après des déclarations publiées mercredi par le journal réformateur Shargh.

Il a précisé que ces jeunes étaient détenus dans des « centres médico-psychologiques » où ils font l’objet d’une « rééducation » afin qu’ils ne deviennent pas « antisociaux ».

Le syndicat des enseignants iraniens a critiqué le ministre et « condamné fermement ces actions peu judicieuses qui conduiront à ce que les centres de rééducation deviennent des camps militaires ».

Dans une déclaration écrite, les enseignants ont appelé « toutes les personnes concernées » à « libérer rapidement les élèves emprisonnés » et les enseignants arrêtés pour leur soutien au mouvement.

Malgré les sévères restrictions d’accès à Internet imposées par les autorités pour faire face à ce qu’elles appellent des « émeutes », de jeunes Iraniens sont parvenus à diffuser des images des manifestations sur des applications ultrapopulaires comme TikTok et Instagram.

Ali Fadavi, commandant adjoint des Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique du régime, avait déclaré début octobre à la presse locale que « l’âge moyen des personnes arrêtées dans beaucoup des récentes manifestations était de 15 ans ».

« Certains adolescents et jeunes adultes interpellés ont […] comparé les émeutes à des jeux vidéo » dans leurs « aveux », a-t-il dit, cité par l’agence de presse Mehr.

Le religieux Aboulfazl Ahmadi, chef d’une organisation provinciale liée à la police des moeurs, a lui récemment estimé que les « ennemis » de l’Iran — terme qui désigne selon les autorités des forces à l’étranger comme les États-Unis— avaient « misé sur » les adolescents et que des jeux vidéo avaient été créés pour « attirer la jeunesse dans la rue ».

À voir en vidéo