Erdogan réclame «un cessez-le-feu urgent», Poutine pose des conditions

Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine (à droite) à Sotchi, en 2021
Photo: Mustafa Kamaci (Archives) Service de presse présidentielle turque via Agence France-Presse Le président turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le président russe Vladimir Poutine (à droite) à Sotchi, en 2021

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est entretenu dimanche au téléphone avec son homologue russe auquel il a réclamé un « cessez-le-feu général urgent » en Ukraine, mais Vladimir Poutine exige d’abord que les conditions de la Russie soient remplies.

Les deux chefs d’État se sont entretenus à quelques jours du Forum diplomatique d’Antalya, prévu du 11 au 13 mars dans le sud de la Turquie, auquel le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov doit participer.

La Turquie espère aussi accueillir le ministre ukrainien des Affaires étrangères pour favoriser une rencontre entre les chefs de la diplomatie des deux pays.

 

« Un cessez-le-feu urgent et général permettra de rechercher une solution politique et de répondre aux inquiétudes humanitaires », a affirmé le chef de l’État turc.

Il a également réclamé l’ouverture « urgente » de couloirs humanitaires en Ukraine.

« Ouvrons ensemble de la voie de la paix », a dit M. Erdogan à son homologue russe, selon la présidence turque, se disant « prêt à apporter sa contribution sous toutes les formes à la résolution pacifique de la question ».

La présidence russe a de son côté affirmé, dans un communiqué, que « la suspension de l’opération spéciale [en Ukraine] n’est possible que si Kiev cesse les hostilités et remplit les conditions bien connues de la Russie ».

Le Kremlin dit espérer que lors du prochain round de négociations l’Ukraine « aura une approche plus constructive et prendra en considération les réalités émergentes ».

Selon les médias turcs, l’entretien téléphonique entre les deux présidents a duré une heure.

Membre de l’OTAN et alliée de l’Ukraine, la Turquie tente depuis le début du conflit de maintenir ses relations avec la Russie dont elle dépend pour nombre de ses importations.

M. Erdogan a plusieurs fois proposé d’accueillir des pourparlers entre l’Ukraine et la Russie.

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu avait exprimé vendredi l’espoir de réunir ses homologues russe et ukrainien, à Antalya en fin de semaine.

« Nous pensons que ces rencontres auront un impact positif. En particulier, une réunion au niveau des dirigeants pourrait empêcher que la guerre provoque une plus grande destruction », avait affirmé samedi le porte-parole de la présidence turque, Ibrahim Kalin.

La première dame turque, Emine Erdogan, a de son côté adressé un message vidéo à Olena Zelensky, l’épouse du président ukrainien.

« Ma chère amie Olena et cher peuple d’Ukraine, je vous transmets l’amitié et le respect les plus sincères du peuple turc », indique-t-elle, exprimant « sa tristesse face aux attaques contre l’Ukraine » et son « indescriptible chagrin en tant que femme, mère et grand-mère ».

À voir en vidéo