Plus de 450 attaques de colons contre des Palestiniens depuis 2020 en Cisjordanie

L’armée israélienne n’est intervenue que dans 183 attaques déplore l’ONG B’Tselem.
Photo: Abbas Momani Agence France-Presse L’armée israélienne n’est intervenue que dans 183 attaques déplore l’ONG B’Tselem.

De début 2020 à la mi-2021, descolons israéliens ont mené plus de 450 attaques contre des Palestiniens en Cisjordanie occupée, sans que l’armée israélienne intervienne dans la majorité des cas pour stopper ces violences, a affirmé dimanche une ONG israélienne.

Dans un rapport d’une quarantaine de pages sur les violences perpétrées par des colons israéliens en Cisjordanie, l’ONG anti-colonisation B’Tselem fait état de 451 attaques du début 2020 à septembre 2021, en excluant celles dans la vallée du Jourdain.

Selon les données de B’Tselem, l’armée israélienne ne s’est pas présentée dans 66 % des attaques. Au total, les soldats sont arrivés sur place pour 183 attaques, y compris 170 cas où ils n’ont rien fait ou ont participé aux attaques aux côtés des colons, souligne l’organisation. Et dans 13 cas seulement, l’armée est « intervenue auprès des colons » afin de « prévenir les violences », a précisé à l’AFP Dror Sadot, la porte-parole de cette ONG.

Israël occupe la Cisjordanie depuis 1967. Aujourd’hui, plus de 470 000 personnes vivent dans plus de 250 colonies jugées contraires au droit international et réparties à travers ce territoire peuplé de près de trois millions de Palestiniens.

La colonisation de la Cisjordanie s’est accélérée ces dernières années sous la présidence de Donald Trump, dont le pays est le premier allié d’Israël et dont le gouvernement avait déclaré que les colonies n’étaient pas contraires au droit international.

Selon B’Tselem, une organisation qui qualifie depuis peu « d’apartheid » la politique israélienne à l’égard des Palestiniens et des Arabes israéliens, les attaques de colons tiennent en fait d’une « stratégie » de la part d’Israël afin de faire main basse sur « davantage de terres palestiniennes ». « Plutôt que de prévenir les violences contre les fermiers palestiniens, l’armée a développé un système de “coordination”, qui traite les violences comme un phénomène établi », ajoute l’ONG.

Contactée dimanche par l’AFP, l’armée israélienne n’a pas réagi dans l’immédiat à ces allégations.

13

C’est le nombre de cas, sur les 451 attaques, où l’armée est « intervenue auprès des colons » afin de « prévenir les violences », selon la porte-parole de l’ONG B’Tselem, Dror Sadot.



À voir en vidéo