Les talibans annoncent une offensive contre la vallée du Panchir, en Afghanistan

Les talibans sont entrés le 15 août à Kaboul sans rencontrer de résistance, à l’issue d’une offensive éclair entamée en mai à la faveur du début du retrait des forces américaines et de l’OTAN.
Photo: Hoshang Hashimi Agence France-Presse Les talibans sont entrés le 15 août à Kaboul sans rencontrer de résistance, à l’issue d’une offensive éclair entamée en mai à la faveur du début du retrait des forces américaines et de l’OTAN.

Alors que les évacuations aériennes se poursuivent dans une atmosphère chaotique à l’aéroport de Kaboul, les talibans au pouvoir ont annoncé dimanche le lancement d’une offensive d’envergure contre la seule zone qui leur résiste encore, la vallée du Panchir.

« Des centaines de moudjahidines de l’Émirat islamique se dirigent vers l’État du Panchir pour le contrôler, après que des responsables locaux ont refusé de le remettre de façon pacifique », ont indiqué les talibans sur leur compte Twitter en arabe.

Les talibans sont entrés le 15 août à Kaboul sans rencontrer de résistance, à l’issue d’une offensive éclair entamée en mai à la faveur du début du retrait des forces américaines et de l’OTAN.

Une poche de résistance s’est formée dans la vallée du Panchir, au nord-est de Kaboul, longtemps connue comme un bastion anti-talibans. Ce Front national de résistance (FNR) est notamment emmené par Ahmad Massoud, fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par Al-Qaïda.

Le « Lion du Panchir »

Un porte-parole du FNR, Ali Maisam Nazary, a déclaré à l’AFP que le Front se préparait à « un conflit de longue durée » avec les talibans. Selon lui, des milliers d’Afghans ont rejoint la vallée du Panchir pour combattre le nouveau régime.

Des photos prises par l’AFP lors d’exercices d’entraînement montrent des véhicules blindés rouler à travers la vallée.

« Les talibans ne dureront pas s’ils continuent ainsi. Nous sommes prêts à défendre l’Afghanistan et nous mettons en garde contre un bain de sang », a déclaré dimanche M. Massoud à la chaîne Al-Arabiya.

En 1997 Ahmed Shah Massoud, légendaire chef de guerre surnommé « Le lion du Panchir », avait fait sauter le tunnel de Salang, construit lors de l’invasion soviétique de l’Afghanistan (1979-1989), fermant ainsi la porte d’entrée de la vallée par le sud.

Malgré de nombreuses tentatives, les talibans n’étaient jamais parvenus à s’emparer du Panchir.

Pendant ce temps, le chaos a continué dimanche à régner dans l’aéroport de Kaboul, que des dizaines de milliers d’Afghans tentent toujours désespérément de quitter.

Les talibans ont reproché aux États-Unis d’être responsables de la situation.

Depuis leur entrée dans Kaboul le 15 août, les islamistes tentent de convaincre la population qu’ils ont changé, affirmant que leur politique sera moins brutale que lorsqu’ils étaient à la tête du pays de 1996 à 2001. Mais cela n’endigue pas le flot de ceux qui ne croient pas en leurs promesses et veulent partir.

« L’Amérique, avec toute sa puissance et ses équipements […], a échoué à ramener l’ordre à l’aéroport. Il y a la paix et le calme dans tout le pays, mais il n’y a que le chaos à l’aéroport de Kaboul […] Cela doit cesser le plus tôt possible », a déclaré dimanche un haut responsable taliban, Amir Khan Mutaqi.

Sept Afghans sont morts dans cette gigantesque cohue à l’aéroport, a annoncé dimanche le ministère britannique de la Défense, sans dire s’il parlait d’un seul incident ou de plusieurs, ni quand cela avait eu lieu.

Un journaliste, faisant partie d’un groupe d’employés de presse et d’universitaires qui a eu la chance d’accéder à l’aéroport dimanche, a décrit des scènes d’Afghans totalement désespérés s’accrochant à leur bus au moment où ils y pénétraient.

« Ils nous montraient leurs passeports et criaient : + Emmenez-nous avec vous, s’il vous plaît emmenez-nous avec vous », a raconté ce journaliste à l’AFP.

Espérer un miracle

Espérant toujours un miracle, des familles demeurent massées entre les barbelés qui entourent le périmètre séparant les talibans des troupes américaines, et l’accès à l’aéroport reste très difficile.

Face à cette situation, les dirigeants du G7 vont tenir une réunion virtuelle mardi, a annoncé le premier ministre britannique Boris Johnson, dont le pays assure actuellement la présidence du groupe.

« Il est vital que la communauté internationale travaille ensemble pour assurer des évacuations sûres, prévenir une crise humanitaire et aider le peuple afghan à protéger les progrès (réalisés) les vingt dernières années », a-t-il ajouté.

Le président américain Joe Biden a reconnu que l’opération d’évacuation était l’une des « plus difficiles de l’histoire ».

Washington a réquisitionné les avions de plusieurs compagnies aériennes privées afin d’aider à l’évacuation. Ces avions ne décolleront pas de l’aéroport de Kaboul mais aideront à transporter les personnes ayant été évacuées vers des pays tiers, comme le Qatar ou les Émirats arabes unis.

Les États-Unis, qui ont déployé des milliers de soldats pour tenter de sécuriser l’aéroport, ont fixé au 31 août la date limite pour terminer les opérations d’évacuation. Cette date correspond à celle du retrait définitif prévu des forces américaines présentes en Afghanistan.

Washington prévoit d’évacuer entre 10 000 et 15 000 de ses ressortissants, et de 50 000 à 60 000 Afghans et leurs familles, selon l’administration Biden. Mais un nombre considérable d’autres personnes tentent de fuir.

« Ils veulent évacuer 60 000 personnes d’ici la fin du mois. C’est mathématiquement impossible », a déclaré à l’AFP le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

« Combattants déguisés »

Depuis le 14 août, environ 25 100 personnes ont été évacuées d’Afghanistan à bord d’avions militaires américains et de pays alliés, selon la Maison Blanche.

Dimanche, le président russe Vladimir Poutine a appelé à empêcher un afflux de réfugiés en provenance d’Afghanistan parmi lesquels pourraient se cacher des « combattants déguisés ».

« Nos partenaires occidentaux demandent avec insistance d’accueillir les réfugiés dans les pays d’Asie centrale jusqu’à ce qu’ils aient un visa pour les États-Unis ou pour d’autres pays », a déclaré M. Poutine.

« Mais qui peut être [caché] parmi ces réfugiés, comment peut-on le savoir ? », a-t-il souligné, en estimant que « des centaines, voire des centaines de milliers ou peut-être des millions » de personnes pourraient vouloir fuir le pays.

À voir en vidéo