Trois morts sur fond de pénurie d’eau en ​Iran

Des incendies ravagent une zone protégée de la chaîne de montagnes du Zagros, près de la ville de Behbahan dans la province du Khuzestan, qui est frappé par une sécheresse depuis la fin mars.
Photo: Milad Khorasani Tasnim News via Agence France-Presse Des incendies ravagent une zone protégée de la chaîne de montagnes du Zagros, près de la ville de Behbahan dans la province du Khuzestan, qui est frappé par une sécheresse depuis la fin mars.

Au moins deux personnes ont été tuées mardi soir, dont un policier, au Khouzestan, selon des médias iraniens, portant à trois le nombre de personnes tuées dans un contexte de tensions dans cette province du sud-ouest de la République islamique frappée par une pénurie d’eau.

Le Khouzestan, qui abrite les principaux gisements de pétrole iraniens, est frappé depuis fin mars par une sécheresse à l’origine de manifestations dans plusieurs villes depuis la semaine dernière. « Lors des émeutes mardi soir à [Mahshahr], des officiers […] se sont fait tirer dessus depuis un toit », selon Fereydoun Bandari, gouverneur par intérim du comté, cité par l’agence officielle Irna.

Un policier a été tué et un autre blessé à la jambe, a-t-il ajouté, sans préciser si les manifestations à Mahshahr étaient liées à celles qui secouent le reste de la province.

Une « jeune personne » a aussi été tuée par des « émeutiers » et 14 policiers ont été blessés à Izeh, dans la même province, selon l’agence de presse Fars citant le gouverneur local, Hassan Nobovati. M. Nobovati n’a pas précisé si cette « jeune personne » était un manifestant.

D’après la télévision d’État, des rassemblements à propos « de l’eau » ont eu lieu mardi soir dans les environs d’Izeh et de Susangerd, deux villes du Khouzestan. Un manifestant avait été tué à Chadégan, lors de rassemblements vendredi dans cette ville à 70 kilomètres à l’ouest de Mahshahr, abattue par « des opportunistes et des émeutiers », avait rapporté samedi Irna.

Ces derniers jours, des médias émettant en persan depuis l’étranger ont parlé de manifestations réprimées par les forces de l’ordre, alors que les médias iraniens se montraient dans un premier temps plutôt silencieux sur le sujet. Des vidéos publiées par ces médias et sur les réseaux sociaux, et dont l’AFP n’a pas pu vérifier l’authenticité, montrent des centaines de personnes manifester, encadrées par la police antiémeute.

Le journal réformateur Sazandegi a appelé le président sortant, Hassan Rohani, et son successeur désigné, Ebrahim Raïssi, à se rendre dans la province pour parler aux manifestants, « promettre des améliorations et leur demander de rentrer chez eux ». Le gouvernement y avait envoyé vendredi une délégation de ministres adjoints.

Jadis très fertile, la plaine du Khouzestan est régulièrement frappée par la sécheresse et par des tempêtes de sable qui prennent de l’ampleur depuis plus d’une quinzaine d’années.

À voir en vidéo