L’escalade entre Israël et le Hamas ne montre aucun signe d’essoufflement

L’aviation israélienne a notamment pulvérisé une tour de plus de 10 étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas.
Photo: Qusay Dawd Agence France-Presse L’aviation israélienne a notamment pulvérisé une tour de plus de 10 étages abritant des bureaux de la chaîne palestinienne al-Aqsa, créée il y a quelques années par le Hamas.

Pour la première fois depuis le début de l’escalade militaire en cours avec les islamistes du Hamas, l’armée israélienne a annoncé mercredi une alerte à la roquette dans le nord du pays.

Jusqu’à présent, les roquettes tirées depuis la bande de Gaza par le Hamas avaient déclenché les sirènes d’alarme dans le sud et le centre d’Israël, mais pas dans le nord du pays. Or, mercredi soir (tôt jeudi matin en Israël), les sirènes ont retenti à nouveau à Tel-Aviv, où des habitants se sont précipités dans des abris, mais aussi dans la vallée de Jezreel, située en Galilée.

Depuis le début de l’escalade militaire entre le Hamas — mouvement islamiste armé au pouvoir dans la bande de Gaza — et Israël, lundi, environ 1500 roquettes ont été tirées depuis l’enclave palestinienne vers le territoire israélien, selon un dernier bilan de l’armée israélienne.

De ce nombre, 350 roquettes ont « échoué » lors du lancement et des « centaines » d’autres ont été interceptées par le bouclier antimissile « Dôme de fer », d’après cette même source. Sept personnes ont été tuées, dont un enfant de six ans et un soldat, dans des tirs de roquettes ou de missiles antichars depuis la bande de Gaza.

L’armée de l’État hébreu a quant à elle pilonné la bande de Gaza et poursuivait tôt jeudi matin ses frappes, selon un journaliste de l’AFP sur place.

Selon le dernier bilan du ministre de la Santé dans la bande de Gaza, les affrontements des derniers jours ont fait 67 morts et 388 blessés dans ce territoire palestinien paupérisé de deux millions d’habitants.

Cessez-le-feu

Les États-Unis ont à nouveau bloqué mercredi l’adoption d’une déclaration du Conseil de sécurité de l’ONU appelant à une « désescalade, à la retenue, à un cessez-le-feu et à une reprise de négociations », lors d’une réunion à huis clos. Selon plusieurs sources, 14 des 15 membres du Conseil étaient favorables au texte proposé.

Une nouvelle session pourrait toutefois se tenir dans les prochains jours, cette fois publique, à la demande des Palestiniens. Celle-ci pourrait être organisée dès vendredi par la Chine, qui préside actuellement le Conseil de sécurité et qui est plutôt favorable à la cause palestinienne.

« La communauté internationale, notamment le Conseil de sécurité, doit agir sans délai pour exiger qu’Israël cesse ses attaques contre la population civile palestinienne », et arrête aussi ses « projets de déplacement forcé et de nettoyage ethnique des Palestiniens de la ville » de Jérusalem, a réclamé l’ambassadeur palestinien auprès de l’ONU, Riyad Mansour, dans une lettre aux principaux responsables de l’Organisation publiée mercredi.

À Washington, le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, a annoncé simultanément l’envoi d’un émissaire au Proche-Orient pour exhorter Israéliens et Palestiniens à la « désescalade » .

Images choquantes

Israël était sous le choc tard mercredi après la diffusion à la télévision, en direct et à une heure de grande écoute, du lynchage d’un homme, considéré comme arabe par ses agresseurs, par des militants d’extrême droite près de Tel-Aviv.

Ces images montrent un homme être sorti de force de sa voiture puis roué de coups par une foule de plusieurs dizaines de personnes, jusqu’à ce qu’il perde connaissance. L’incident, dont les images ont été diffusées en direct par la chaîne publique Kan, s’est produit sur la promenade en bord de mer de Bat Yam, ville au sud de Tel-Aviv.

Les forces de police et les services de secours ne sont arrivés que 15 minutes plus tard. Pendant ce temps, la victime restait allongée, inerte, au milieu de la rue.

Des personnes dans la foule ont justifié ce lynchage en affirmant que l’homme était un Arabe ayant tenté de foncer sur un rassemblement de partisans d’extrême droite. Mais la séquence diffusée par Kan laisse plutôt penser à un automobiliste cherchant à éviter la manifestation.

La victime « du lynchage est grièvement blessée, mais [dans un état] stable », a indiqué dans un communiqué l’hôpital Ichilov de Tel-Aviv, sans révéler son identité.

Le député d’extrême droite Bezalel Smotrich, chef du parti « Sionisme religieux », a affirmé « avoir honte » de ce lynchage d’une « cruauté atroce ». De son côté, le grand rabbin d’Israël Yitzhak Yossef a appelé à cesser les agressions commises par des juifs.

Pour le député arabe Issawi Fredj, il s’agit des « prémices d’une guerre civile ».

À voir en vidéo