Rallier extrême droite et islamistes, nouveau défi pour Nétanyahou

Le premier ministre d’Israël, Benjamin Nétanyahou, doit convaincre le ténor de la droite radicale, Naftali Bennett, et Mansour Abbas, le chef du petit parti islamiste Raam, de se rallier à lui s’il veut maintenir sa place au pouvoir.
Photo: Emmanuel Dunand Agence France-Presse  Le premier ministre d’Israël, Benjamin Nétanyahou, doit convaincre le ténor de la droite radicale, Naftali Bennett, et Mansour Abbas, le chef du petit parti islamiste Raam, de se rallier à lui s’il veut maintenir sa place au pouvoir.

Surnommé le « magicien de la politique » pour sa capacité à louvoyer et à se maintenir in extremis au pouvoir, le premier ministre Benjamin Nétanyahou a hérité cette semaine d’un défi unique dans l’histoire d’Israël : rallier l’extrême droite et les islamistes dans un même gouvernement.

« C’est historique, c’est ironique […] c’est absurde » de voir le destin politique du seul État juif au monde lié à celui d’un parti islamiste, lâche Gayil Talshir, professeure de sciences politiques à l’Université hébraïque de Jérusalem.

Les résultats complets des élections de mardi — les quatrièmes législatives en moins de deux ans — tombés tard jeudi, ont de quoi donner le vertige dans ce système purement proportionnel.

Certes le Likoud (droite) de M. Nétanyahou a bien terminé en première place avec 30 sièges sur les 120 de la Knesset, le Parlement, suivi de la formation Yesh Atid (« Il y a un futur ») du rival centriste Yaïr Lapid avec 17 sièges.

Mais s’alignent ensuite 11 partis (arabes, ultraorthodoxes, centre, droite nationaliste, gauche, conservateurs, droite radicale, extrême droite) se répartissant en trois grands camps : les « pro-Nétanyahou », les « anti-Nétanyahou » et les « non alignés ».

« Faiseurs de roi »

M. Nétanyahou et ses alliés réunissent 52 sièges, tandis que Yaïr Lapid et ses partenaires potentiels en obtiennent jusqu’à 57. Le sort des deux camps, pour atteindre la majorité de 61 sièges, repose désormais entre les mains de deux partis.

Pour rester sur son trône, M. Nétanyahou doit, à moins de défection, convaincre deux « faiseurs de roi » de le rejoindre : le ténor de la droite radicale Naftali Bennett, et Mansour Abbas, le chef du petit parti islamiste Raam, qui a surpris Israël cette semaine en faisant élire quatre députés à la Knesset.

Et il doit non seulement tenter de les réunir, mais il doit le faire sans perdre le soutien d’un de ses alliés, la liste d’extrême droite « Sionisme religieux », ouvertement hostile aux Arabes et aux musulmans.

« C’est totalement bizarre de voir que Mansour Abbas pourrait permettre aux éléments les plus islamophobes du pays d’être au gouvernement », note Mme Talshir, jugeant toutefois ce scénario plausible.

« Mansour Abbas joue en tacticien. L’idée est que M. Nétanyahou va lui promettre un budget pour aider le secteur arabe », en contrepartie de quoi il appuierait un futur gouvernement Nétanyahou sans en faire partie, ajoute-t-elle.

Dès jeudi, l’extrême droite, menée par le controversé Itamar Ben Gvir, quarantenaire inculpé à de nombreuses reprises pour incitation au racisme et soutien au terrorisme anti-arabe, a rejeté tout pacte avec Mansour Abbas.

« Mais ce n’est pas le fin mot de l’histoire », commente vendredi la journaliste Sima Kadmon dans les pages du Yediot Aharonot, titre le plus vendu de la presse israélienne.

« Nétanyahou est capable de presser une pierre pour en extraire de l’eau » et pourrait « offrir la lune » à l’extrême droite pour qu’elle accepte un gouvernement soutenu par les islamistes, selon elle.

Marchandage

Dans cette saga politique, Mansour Abbas « peut flirter avec tous les partis […], c’est une question de pragmatisme et de nombre », résume Amal Jamal, professeur de sciences politiques à l’Université de Tel-Aviv.

Car Yaïr Lapid pourrait lui aussi contribuer à faire monter les enchères en tentant de former un gouvernement soutenu par les deux formations arabes du pays, la « Liste unie », hostile à M. Nétanyahou, et celle de Mansour Abbas.

Ensemble, ces deux formations arabes pourraient faire de M. Lapid le futur premier ministre d’Israël. Mais ces derniers mois, ces partis, qui étaient encore l’an dernier unis sous une même bannière, se sont écharpés, poussant Mansour Abbas à diriger sa propre liste.

Ce dernier semble vouloir monnayer son soutien au prix fort, affirmant que les élections placent son parti en position de « faiseur de roi ».

« J’avais dit que quand nous deviendrions une force politique indépendante, confiante en elle et efficace, que de larges options seraient ouvertes et que nous sortirions de la tutelle de la gauche sans entrer dans celle de la droite […] c’est en train de se passer maintenant », a-t-il déclaré vendredi à l’AFP.

« Les intérêts de notre communauté arabe seront les paramètres de la décision finale », a-t-il ajouté.

« Israël est en proie à une grave crise politique » qui se poursuivra si les différentes forces politiques « ne comprennent pas que les partis arabes ont un rôle à jouer ».

À voir en vidéo