La bande de Gaza reçoit ses premières doses de vaccin

Des travailleurs de la santé palestiniens déchargent un premier lot de 2000 doses du vaccin russe Spoutnik V à Gaza, le 17 février 2021.
Photo: Said Khatib Agence France-Presse Des travailleurs de la santé palestiniens déchargent un premier lot de 2000 doses du vaccin russe Spoutnik V à Gaza, le 17 février 2021.

La bande de Gaza a finalement reçu mercredi un premier lot de vaccins contre la COVID-19 qui devrait permettre d’immuniser 1000 personnes, ont confirmé les autorités locales, après le blocage du transfert par Israël en début de semaine.

« Deux mille doses du vaccin russe Spoutnik V sont arrivées [à Gaza] en provenance du ministère de la Santé à Ramallah », a précisé dans un communiqué le mouvement Hamas, au pouvoir dans l’enclave palestinienne sous blocus israélien. « Elles sont en train d’être acheminées vers des espaces de stockage » dans la ville de Gaza, a-t-il ajouté.

Le ministère de la Santé à Ramallah, en Cisjordanie — un territoire séparé de Gaza par Israël —, a indiqué que ces doses étaient destinées au personnel médical gazaoui. Chaque fiole du vaccin russe Spoutnik V contient deux doses du précieux sérum.

Le COGAT, l’organe israélien chargé des opérations civiles dans les territoires palestiniens, a confirmé à l’AFP ce transfert par le « point de passage de Kerem Shalom », qui sépare le territoire israélien de l’enclave. Le transfert a eu lieu à la demande de l’Autorité palestinienne et avec « l’approbation » de l’État hébreu.

53 800
C’est le nombre d’infections qui ont été enregistrées depuis le début de la pandémie, faisant 538 morts.

Lundi dernier, l’Autorité palestinienne en Cisjordanie a accusé Israël d’avoir refusé l’entrée de milliers de vaccins contre la COVID-19 à Gaza, où vivent environ deux millions de personnes.

Le COGAT avait fait valoir de son côté que la demande palestinienne d’entrée de vaccins était « en cours d’examen et attend [ait] une décision politique ». Le Hamas avait dénoncé mardi un « crime », en « violation » du droit international.

À Gaza, plus de 53 800 infections ont été enregistrées depuis le début de la pandémie, dont 538 morts, mais des sources médicales ont fait état d’une diminution des hospitalisations ces dernières semaines. En Cisjordanie, le ministère de la Santé a officiellement recensé plus de 116 600 cas et plus de 1400 décès.

Début février, l’Autorité palestinienne a lancé la vaccination en Cisjordanie auprès de son personnel médical après avoir obtenu 2000 doses d’Israël. Elle a également reçu 10 000 doses du vaccin russe Spoutnik V et a indiqué son intention d’en partager une partie avec les Palestiniens de Gaza.

Elle devait recevoir à la mi-février au moins 50 000 autres vaccins grâce au programme COVAX, devant aider les pays plus pauvres à immuniser leur population vulnérable contre le nouveau coronavirus et mis en place par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), notamment.

À voir en vidéo