Un cri du coeur à Montréal contre le plan israélien d’annexion

Les manifestants réunis au square Philips étaient pour la grande majorité masqués — pandémie oblige — et ont appelé à la «solidarité avec la Palestine».
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Les manifestants réunis au square Philips étaient pour la grande majorité masqués — pandémie oblige — et ont appelé à la «solidarité avec la Palestine».

Plus d’une centaine de manifestants se sont réunis à Montréal dimanche pour dénoncer l’annexion imminente de territoires palestiniens par l’État d’Israël. Plusieurs élus fédéraux et provinciaux en ont profité pour critiquer le silence du gouvernement Trudeau à ce sujet, le pressant de soutenir le peuple palestinien.

« Encore une fois, nous sommes réunis pour dénoncer le bafouement de la loi internationale par l’État israélien. Il est temps que nous luttions pour libérer la Palestine et tous les peuples colonisés », a lancé comme un cri du cœur Zahia El-Masri, vice-présidente de la Fondation canado-palestinienne du Québec, qui compte parmi les organismes ayant organisé le rassemblement.

« Il faut décoloniser la Palestine, décoloniser toutes les terres et décoloniser nos mentalités », a-t-elle poursuivi, le poing en l’air, s’attirant une salve d’applaudissements de la foule réunie devant elle, au square Phillips, au centre-ville de la métropole.

Brandissant au-dessus de leur tête le drapeau palestinien, les manifestants, pour la grande majorité masqués — pandémie oblige —, ont appelé à la « solidarité avec la Palestine », scandant à plusieurs reprises « Palestine vivra, Palestine vaincra ».

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Brandissant au-dessus de leur tête le drapeau palestinien, les manifestants ont scandé «Palestine vivra, Palestine vaincra».

Rappelons qu’à partir du 1er juillet, le nouveau gouvernement d’union israélien, mené par le premier ministre, Benjamin Nétanyahou, et le ministre de la Défense, Benny Gantz, doit présenter sa stratégie pour mettre en œuvre le « plan de paix » américain pour le Proche-Orient, afin de résoudre le conflit israélo-palestinien. Annoncé fin janvier à Washington, ce plan prévoit notamment l’annexion par Israël de ses colonies et de la vallée du Jourdain en Cisjordanie — occupée depuis 1967 par l’État hébreu.

« On se bat aujourd’hui contre un État voyou. L’État d’Israël bafoue le droit international, pose des gestes illégaux et fait vivre de la terreur chez les Palestiniens. C’est contre ces oppresseurs qu’on se bat », a insisté pour sa part Ruba Ghazal. Palestinienne d’origine, la députée de Québec solidaire dans Mercier a tenu à affirmer sa solidarité avec le peuple palestinien dimanche, rappelant l’importance de se battre pour défendre les droits de « tous les peuples opprimés du monde ».

Trudeau sous les projecteurs

Elle a également profité de cette tribune pour critiquer le premier ministre fédéral, Justin Trudeau, l’accusant d’appuyer les États-Unis de Donald Trump, et donc de prendre le parti d’Israël en votant contre des motions qui reconnaissent le peuple palestinien. « Ça, c’est honteux pour le Canada », a-t-elle insisté.

C’est notamment pour cette raison que le pays ne « méritait » pas d’avoir un siège au Conseil de sécurité de l’ONU, selon elle, lui qui « a perdu son aura par rapport aux questions internationales ».

Ruba Ghazal a ainsi appelé Justin Trudeau à se tenir debout et à dénoncer l’annexion des territoires palestiniens par l’État d’Israël en reconnaissant cet acte comme « illégal et inacceptable ».

Il faut décoloniser la Palestine, décoloniser toutes les terres et décoloniser nos mentalités

Des propos appuyés par Alexandre Boulerice, député de Rosemont–La Petite-Patrie pour le Nouveau Parti démocratique (NPD), ainsi que par Mario Beaulieu, député du Bloc québécois dans la Pointe-de-l’Île, qui étaient également présents au rassemblement dimanche.

Ils ont promis de faire pression sur le gouvernement libéral advenant une annexion. « Si Israël annexe les territoires palestiniens, il devra y avoir des conséquences. Êtes-vous prêt à passer à l’action, M. Trudeau ? » a lancé le député du NPD, déplorant « une baisse de la coopération internationale du Canada, qui est encore plus cheap sous Trudeau que sous Stephen Harper ».

« Le droit à l’autodétermination des peuples est fondamental, que ce soit pour les Premières Nations, pour le Québec, la Catalogne, l’Écosse et surtout pour la Palestine », a déclaré pour sa part Mario Beaulieu, réclamant également des sanctions contre Israël. « Le moins qu’on puisse faire, c’est de manifester, diffuser l’information et boycotter. »

Nombreuses manifestations

Ailleurs dans le monde, d’autres manifestations ont eu lieu dimanche, notamment dans plusieurs grandes villes européennes. Le message y est le même : les manifestants ont appelé au boycottage d’Israël et à des sanctions internationales contre le pays.

Plus de 1000 députés des États membres de l’Union européenne se sont déjà prononcés contre ce plan d’annexion. Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, y voit également « une violation des plus sérieuses de la loi internationale [qui] compromettrait gravement la perspective d’une solution à deux États et réduirait à néant les possibilités de reprise des négociations ». Tous appellent le gouvernement israélien à abandonner ces annexions.

De son côté, la branche militaire du Hamas a mis en garde Israël. « La résistance considère une annexion de la Cisjordanie et de la vallée du Jourdain comme une déclaration de guerre contre notre peuple et nous ferons en sorte que l’ennemi s’en morde les doigts », a prévenu le porte-parole des Brigades Ezzedine Al-Qassam, Abou Obaida.

Avec l’Agence France-Presse

À voir en vidéo