Les frappes américaines contre les talibans reprennent en Afghanistan

Les talibans ont cessé d’attaquer les forces étrangères, mais poursuivent leurs attaques meurtrières dans le pays. <b>Sur cette photo, des soldats afghans patrouillant après un attentat à la bombe dans une mosquée de Kaboul, le 2 juin dernier.</b>
Photo: Rahmat Gul Associated Press Les talibans ont cessé d’attaquer les forces étrangères, mais poursuivent leurs attaques meurtrières dans le pays. Sur cette photo, des soldats afghans patrouillant après un attentat à la bombe dans une mosquée de Kaboul, le 2 juin dernier.

Les États-Unis ont mené de premières frappes aériennes contre les talibans en Afghanistan depuis l’instauration, fin mai, d’un rare cessez-le-feu entre les insurgés et les forces afghanes, ont annoncé vendredi les forces américaines.

Les deux attaques aériennes ont été menées jeudi et vendredi dans deux provinces différentes, a déclaré sur Twitter Sonny Legget, porte-parole des forces américaines en Afghanistan.

« Il s’agit des premières frappes aériennes américaines contre [les talibans] depuis le début du cessez-le-feu de l’Aïd-el-Fitr, fête marquant la fin du mois de ramadan », a précisé le porte-parole.

« Nous le répétons : toutes les parties doivent réduire la violence afin de faciliter le processus de paix », a ajouté Sonny Legget.

Dans une attaque séparée contre leur véhicule, dix policiers afghans ont été tués vendredi dans le sud-est du pays, selon des responsables. « Ce matin, une mine ensevelie en bord de route par les talibans a ciblé un [véhicule militaire] Humvee des forces de sécurité afghanes dans la province de Zabol », où les insurgés sont très présents, a fait savoir le porte-parole du ministère de l’Intérieur Tareq Arian.

Un cessez-le-feu-surprise de trois jours avait été instauré à compter du 24 mai par les talibans, à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr, mais n’a pas été prolongé malgré de nombreuses demandes du gouvernement afghan. Les insurgés ont depuis repris leurs attaques meurtrières contre les forces de sécurité afghanes à travers le pays, mais les violences ont dans l’ensemble baissé.

Avant ce cessez-le-feu, ils avaient fortement intensifié leurs opérations contre les forces de Kaboul depuis la signature, fin février à Doha, d’un accord entre Washington et les talibans, non ratifié par les autorités afghanes.

Le texte prévoit le retrait des troupes étrangères du pays d’ici mai 2021 en échange notamment de garanties sécuritaires de la part des insurgés et de leur engagement à entamer des négociations avec le gouvernement afghan.

Les talibans ont depuis cessé d’attaquer les forces étrangères, mais poursuivent les opérations contre les forces afghanes, et Washington continue parfois d’intervenir sur les champs de bataille pour leur prêter main-forte.

L’émissaire des États-Unis pour le processus de paix en Afghanistan, Zalmay Khalilzad, a entamé vendredi une nouvelle tournée pour rencontrer les talibans à Doha et le gouvernement afghan à Kaboul.

Son « principal objectif » est « d’obtenir un accord entre les parties afghanes sur les prochaines étapes pratiques nécessaires à un démarrage réussi des négociations interafghanes », a déclaré le département d’État américain dans un communiqué.

L’accord entre les talibans et les États-Unis prévoyait l’ouverture, dès le 10 mars, de négociations de paix directes inédites entre les insurgés et Kaboul, mais elles sont jusqu’ici restées lettre morte.

À voir en vidéo