L’Iran rouvre des mosquées

Depuis le 11 avril, l’État a autorisé une réouverture progressive des commerces et a levé les restrictions sur les déplacements à l’intérieur du pays.
Photo: Atta Kenare Agence France-Presse Depuis le 11 avril, l’État a autorisé une réouverture progressive des commerces et a levé les restrictions sur les déplacements à l’intérieur du pays.

Les mosquées d’Iran, fermées à l’échelle du pays depuis début mars afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, rouvriront à partir de lundi dans 30 % des comtés du pays, a annoncé dimanche le président, Hassan Rohani.

« Nous avons décidé aujourd’hui de rouvrir les mosquées dans 132 comtés […] à faible risque [en matière de pandémie de COVID-19] dès demain et d’y recommencer la prière du vendredi tout en respectant les protocoles sanitaires », a-t-il déclaré lors d’une réunion du Comité national de lutte contre la pandémie diffusée à la télévision d’État.

M. Rohani a fait cette annonce alors que les chiffres officiels dessinent une tendance de ralentissement du rythme des décès liés au nouveau coronavirus et de la propagation de la maladie depuis le début du mois d’avril. Selon les statistiques du ministère de la Santé, 47 décès ont ainsi été recensés entre samedi midi et dimanche à la mi-journée. Il s’agit du plus bas nombre de morts quotidiens annoncé par les autorités depuis 55 jours.

Selon les chiffres officiels — jugés largement sous-estimés par des experts et des responsables politiques étrangers, mais aussi par plusieurs responsables iraniens —, la pandémie a fait 6203 morts en Iran, pays de loin le plus touché par la maladie au Proche et au Moyen-Orient.

Pour autant, les autorités de Téhéran continuent de mettre en garde la population contre tout relâchement face à la menace du virus. « Respecter la distanciation physique est plus important qu’assister à la prière collective », a ainsi souligné M. Rohani.

A priori, la mesure ne sera pas applicable à la capitale, Téhéran, ni à Machhad (nord-est) et Qom (centre), les deux principales villes saintes chiites du pays, qui font partie des zones les plus touchées par la pandémie.

Depuis le 11 avril, l’État a autorisé une réouverture progressive des commerces et a levé les restrictions sur les déplacements à l’intérieur du pays.

Écoles, universités, cinémas, stades et autres lieux de regroupement restent néanmoins fermés dans tout l’Iran.