Un rabbin condamné pour escroquerie

<p>Lors de l'arrestation d'Eliezer Berland à Jérusalem en février, certains de ses disciples avaient agressé des policiers, blessant deux d’entre eux.</p>
Photo: Sebastian Scheiner Associated Press

Lors de l'arrestation d'Eliezer Berland à Jérusalem en février, certains de ses disciples avaient agressé des policiers, blessant deux d’entre eux.

Un rabbin israélien de 82 ans, à la tête d’une secte juive ultraorthodoxe de milliers de disciples, a été inculpé dimanche en Israël d’incitation à la violence et d’escroquerie aggravée dans 17 affaires.

Chef spirituel de la communauté Shouvou Banim basée à Jérusalem, Eliezer Berland, arrêté le 9 février, est soupçonné d’avoir « profité de son statut pour soutirer de l’argent à des personnes en détresse en sachant pertinemment qu’il ne pourrait pas leur venir en aide », selon l’acte d’accusation du tribunal de Jérusalem.

Des shekels pour guérir du cancer

« L’accusé est à la tête d’une communauté de milliers de disciples pour qui il est l’autorité suprême […] Il a fait croire qu’il avait des pouvoirs spéciaux pour soigner des gens en échange de sommes d’argent importantes », précise le tribunal, où était présent M. Berland.

Dans une vidéo tournée en caméra cachée, diffusée en novembre par la chaîne de télévision 13, Eliezer Berland promet la guérison d’un enfant atteint d’un cancer, lui donne des médicaments et exige 5000 shekels (1920 dollars canadiens) de sa famille. Les médicaments étaient en fait de simples bonbons, selon l’acte.

Dans une autre affaire, il est accusé d’avoir obtenu 10 000 shekels (3800 dollars canadiens) d’une femme à qui il avait promis de soigner la mère atteinte d’un cancer du poumon. Cette femme est décédée et sa fille a porté plainte.

Le rabbin est également accusé d’avoir « incité à de graves actes de violence », appelant dans un enregistrement audio ses fidèles « à briser les os » d’un couple qu’il a accusé d’avoir des relations « illicites », selon le tribunal.

En 2016, il avait été arrêté à Johannesburg, en Afrique du Sud, et extradé pour être jugé après des plaintes pour agressions sexuelles de quatre femmes. Il avait d’abord nié sa culpabilité, puis fini par accepter de plaider coupable envers une des femmes contre une peine de 18 mois de prison ferme. Après avoir été libéré, il a repris la direction de sa communauté.

Lors de son arrestation à Jérusalem en février, certains de ses disciples avaient agressé des policiers, blessant deux d’entre eux.

Eliezer Berland s’était fait connaître dans les années 1980 en organisant des pèlerinages clandestins à Ouman, en Ukraine, sur la tombe du fondateur du mouvement ultraorthodoxe Breslev auquel il appartient.

Il poussait aussi ses disciples à effectuer un pèlerinage controversé sur la tombe présumée de Joseph, le fils du patriarche Jacob, dans la ville palestinienne de Naplouse en Cisjordanie occupée, malgré l’interdiction des autorités israéliennes qui n’autorisent ces visites qu’une fois par mois sous haute protection de l’armée.

Après sa condamnation en 2016, plusieurs autorités rabbiniques ultraorthodoxes avaient appelé leurs disciples à s’éloigner de lui.