L’Arabie saoudite vertement critiquée après des exécutions massives

Dubaï — L’Arabie saoudite s’est retrouvée mercredi sous le feu des critiques au lendemain d’exécutions massives de Saoudiens condamnés pour « terrorisme ». Le Haut-commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme, l’Union européenne, l’Iran, Amnesty international et Human Rights Watch (HRW) ont été parmi les premiers à dénoncer la mise à mort de 37 hommes en une seule journée, ce qui porte à 107 le nombre d’exécutions depuis le début de l’année. Au moins 33 des suppliciés appartenaient à la minorité chiite du royaume dirigé par une dynastie sunnite, a indiqué HRW. Les personnes exécutées ont été reconnues coupables d’avoir « adopté la pensée terroriste extrémiste » et d’avoir « formé des cellules terroristes », a affirmé le ministère saoudien de l’Intérieur. Les 33 chiites exécutés mardi ont été condamnés à l’issue de procès « injustes » et les autorités ont obtenu des aveux de « nombre d’entre eux » par la torture, a déclaré HRW.