Vers un troisième mandat pour le président égyptien?

Abdel Fattah al-Sisi au Caire le 28 janvier
Photo: Mohamed El-Shahed Agence France-Presse Abdel Fattah al-Sisi au Caire le 28 janvier

Plus de cent députés égyptiens ont déposé un projet d’amendements constitutionnels pour permettre au président, Abdel Fattah al-Sissi, de se représenter à la présidentielle au terme de son deuxième mandat, en 2022, a appris l’AFP dimanche auprès de sources parlementaires.

Le texte demande plusieurs modifications de la Constitution, dont l’une portant sur la durée du mandat présidentiel, actuellement limité à deux fois quatre ans. Les élus souhaitent qu’il soit désormais de deux fois six ans, ce qui permettrait, selon eux, à M. Sissi de se représenter à la présidentielle encore deux fois après 2022.

Le président de la Chambre, Ali Abdel Aal, a reçu « une demande d’un cinquième des élus (120 députés sur un total de 596) pour modifier certains articles de la Constitution », soit le quorum nécessaire pour une telle requête.

« La demande a été soumise par la coalition Soutien à l’Égypte [majoritaire au Parlement] et quelques parlementaires indépendants », a indiqué à l’AFP Moustapha Bakri, l’un des élus favorables à la révision constitutionnelle.

Les amendements comptent aussi un retour au bicamérisme, avec l’établissement d’une chambre basse. Cette institution avait été écartée par la Constitution de 2012, après la révolte de 2011 qui avait précipité la chute du régime de Hosni Moubarak.

M. Sissi, ancien chef de l’armée, a été élu une première fois en 2014, après la destitution de son prédécesseur islamiste, Mohamed Morsi, l’année précédente. Il a été réélu en mars 2018 avec plus de 97 % des voix.

La très grande majorité du Parlement actuel soutient le gouvernement de M. Sissi. Seul un groupe d’une dizaine de parlementaires se présente comme étant d’opposition, mais leur poids n’est pas suffisant pour se faire entendre.