Syrie: Israël bombarde des positions non identifiées

Un avion de combat F-35 israélien décollant de la base aérienne militaire de Hatzerim, dans la région désertique de Negev, en Israël, le 27 décembre 2017.
Photo: Jack Guez Agence France-Presse Un avion de combat F-35 israélien décollant de la base aérienne militaire de Hatzerim, dans la région désertique de Negev, en Israël, le 27 décembre 2017.

L’aviation israélienne a bombardé jeudi soir plusieurs positions près de Damas et dans le sud du pays, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), les médias syriens évoquant des tirs antiaériens contre des objectifs non précisés.

Selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, « les forces israéliennes bombardent depuis une heure des positions dans la banlieue sud et sud-ouest de Damas », dont le secteur de Kesswa où se trouvent des entrepôts d’armes appartenant au Hezbollah libanais ainsi qu’aux forces iraniennes.

« Les frappes visent également des secteurs dans le sud de la Syrie, à la frontière de la province de Qouneitra » située non loin d’Israël, a-t-il ajouté.

Rami Abdel Rahmane a fait état de « plusieurs explosions » dans les régions ciblées, assurant que les tirs de la DCA étaient « intensifs ».

De leur côté, les médias officiels syriens ont fait état de tirs contre des objectifs « hostiles » près de Damas, sans donner de détails.

« Notre défense antiaérienne est entrée en action et a visé des objectifs hostiles au-dessus de la région de Kesswa » dans la banlieue de Damas, a indiqué l’agence officielle de la Syrie Sana.

Cette terminologie est souvent utilisée par le régime syrien pour désigner des avions ou des missiles israéliens.

Les tirs de la DCA se poursuivaient en fin de soirée, au moment où ces lignes étaient écrites.

Sana a assuré que la défense antiaérienne « a détruit tous les objectifs hostiles », lesquels « n’ont pas atteint leur but ».

L’Iran et le Hezbollah, ennemis d’Israël, aident le régime de Bachar al-Assad dans la guerre en Syrie. Leurs positions en Syrie ont été la cible de plusieurs raids aériens israéliens.

Le secteur de Kesswa a déjà été visé par des frappes israéliennes, qui ont provoqué des incendies et tué des combattants des Gardiens de la révolution iraniens et de milices chiites pro-iraniennes, selon l’OSDH.

« C’est la première fois que la défense antiaérienne syrienne entre en action depuis la chute de l’avion russe » le 17 septembre dernier, a ajouté M. Abdel Rahmane.

La défense antiaérienne syrienne avait alors ouvert le feu pour intercepter des missiles israéliens visant des dépôts de munitions dans la province de Lattaquié (nord-ouest), abattant par erreur un appareil russe.

L’incident a causé la mort de 15 militaires russes à bord de l’appareil et provoqué des tensions entre la Russie et Israël, qui mène régulièrement des frappes en Syrie contre des positions du régime syrien et de ses alliés.

En réaction, la Russie a livré début octobre des batteries de défense antiaérienne S-300 à l’armée syrienne.

Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a déclaré après cet incident qu’Israël continuerait à combattre la présence iranienne en Syrie tout en poursuivant « la coordination sécuritaire entre les armées israélienne et russe ».