Trois semaines d’une crise majeure

<p>Le journaliste saoudien a disparu le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul.</p>
Photo: Ozan Kose Archives Agence France-Presse

Le journaliste saoudien a disparu le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul.

De la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul, aux dernières déclarations turques et saoudiennes mardi, voici les développements de trois semaines de crise majeure.

L’éditorialiste saoudien s’était exilé aux États-Unis en 2017, redoutant une arrestation après avoir critiqué le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS).

Disparition

Le 2 octobre, vers 10 h 15 GMT, Jamal Khashoggi entre au consulat saoudien à Istanbul, selon une image de caméra de surveillance publiée par le quotidien américain Washington Post avec lequel il collabore. Selon sa fiancée, il s’y est rendu pour des démarches en vue de leur prochain mariage.

Le 3, la présidence turque affirme que le journaliste se trouve au consulat.

Dans une interview diffusée le 5 octobre par l’agence Bloomberg, le prince héritier affirme que Khashoggi est effectivement « entré » au consulat, mais qu’il en est sorti peu après.

« Tué au consulat »

Le 6, une source proche du gouvernement turc déclare que la police estime que « le journaliste a été tué au consulat par une équipe venue spécialement à Istanbul et repartie dans la même journée ». Riyad dément.

« Le corps de Khashoggi a été probablement découpé et mis dans des caisses avant d’être transféré par avion hors du pays », affirme le Washington Post, citant un responsable américain.

Le 10, le journal révèle qu’Ankara aurait affirmé à Washington détenir des enregistrements audio et vidéo montrant comment Khashoggi a été « interrogé, torturé puis tué » à l’intérieur du consulat, avant que son corps ne soit démembré.

Trump menace puis ménage Riyad

Le 13, Donald Trump estime que l’Arabie saoudite pourrait être derrière la disparition et menace Riyad d’un « châtiment sévère », tout en excluant un gel des ventes d’armes.

Le 15, il suggère après un entretien téléphonique avec le roi Salmane que la disparition « pourrait être le fait de tueurs hors de contrôle ».

Le 16, M. Trump réclame l’application du principe de présomption d’innocence en faveur de Riyad.

L’étau se resserre

Un journal pro-gouvernemental turc, affirmant s’appuyer sur des enregistrements sonores à l’intérieur du consulat, rapporte que le journaliste y a été torturé avant d’être « décapité ».

Selon le New York Times, l’un des hommes soupçonnés d’avoir participé à l’assassinat appartient à l’entourage du prince héritier, et trois autres aux services de sécurité rattachés au prince.

Trump admet pour la première fois que Khashoggi est très probablement mort, menaçant Riyad de « très graves » conséquences si sa responsabilité est confirmée.

Le 19, selon les médias turcs, les enquêteurs ont élargi les recherches à une forêt d’Istanbul, où un véhicule muni de plaques diplomatiques aurait pénétré après avoir quitté le consulat. Les enquêteurs ont déjà fouillé le consulat et la résidence du consul.

Riyad reconnaît un « meurtre »

Le 20, l’Arabie saoudite admet finalement que le journaliste a été tué à l’intérieur du consulat.

« Les discussions qui ont eu lieu entre lui et les personnes qui l’ont reçu au consulat ont débouché sur une bagarre et sur une rixe à coups de poing […], ce qui a conduit à sa mort », indique le procureur général.

Le roi ordonne au prince héritier de restructurer les services des renseignements, dont un haut dirigeant, Ahmad al-Assiri, et trois autres responsables sont limogés, ainsi qu’un conseiller « médias » à la cour royale, Saoud al-Qahtani. 18 suspects saoudiens sont interpellés.

Le lendemain, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir indique que Khashoggi a été victime d’un « meurtre », évoquant une « opération non autorisée » par le pouvoir, dont MBS n’était « pas informé ». « Nous ne savons pas comment, dans le détail » a été tué Khashoggi ni « où se trouve le corps ».

« Mensonges »

Après avoir qualifié de « crédible » la version des Saoudiens, Trump évoque « des mensonges », jugeant que « leurs histoires partent dans tous les sens ».

Pour Londres, Paris et Berlin, il y a « un besoin urgent de clarification ».

Le 22, un quotidien turc proche du pouvoir affirme qu’un membre du commando avait appelé à plusieurs reprises le directeur du bureau du prince héritier après le meurtre.

L’Arabie en « crise »

Le 23, le ministre saoudien de l’Énergie Khaled al-Faleh déclare que l’Arabie saoudite traverse une « crise » à la suite du meurtre « abominable » de Khashoggi, devant le forum international sur l’investissement réuni à Riyad.

Erdogan contredit Ryad

Le même jour, le président Erdogan appelle au jugement à Istanbul des meurtriers présumés, et insiste sur le caractère soigneusement prémédité de ce crime, contredisant ainsi la version de Riyad.

« La conscience internationale ne sera apaisée que lorsque toutes les personnes impliquées, des exécutants aux commanditaires, auront été punies ».

Il détaille les préparatifs entrepris par des employés du consulat et un commando de 15 agents dépêché par Riyad en vue de perpétrer le meurtre, qu’il qualifie d'« assassinat politique ».