Le mystère demeure sur les effectifs réels du groupe EI

Dans un récent rapport, des observateurs de l'ONU ont fixé à une fourchette de 20 000 à 30 000 le nombre de combattants du groupe EI encore présents en Irak et en Syrie.
Photo: Ahmad Al-Rubaye Archives Agence France-Presse Dans un récent rapport, des observateurs de l'ONU ont fixé à une fourchette de 20 000 à 30 000 le nombre de combattants du groupe EI encore présents en Irak et en Syrie.

Leur « calife » autoproclamé les appelle à « poursuivre le djihad », ils montent des attaques mortelles en Syrie, menacent leurs pays d’origine, mais combien reste-t-il de combattants actifs du groupe État islamique ?

Face à des estimations internationales qui varient du simple au triple, à une propagande djihadiste sur internet qui cherche à persuader le monde que leur défaite sur le terrain n’en est pas vraiment une et aux incertitudes inhérentes aux zones de guerre inaccessibles à des experts indépendants, l’incertitude sur les effectifs du groupe EI risque de perdurer, estiment officiels et experts.

« En décembre 2017, le porte-parole de la coalition dirigée par les États-Unis avait estimé à un millier le nombre de combattants du groupe EI restant en Irak et en Syrie », écrit dans une analyse le centre de consultants en sécurité Soufan Group.

« Aujourd’hui, le département américain de la Défense vient d’estimer de 15 500 à 17 100 le nombre de djihadistes du groupe EI en Irak, et d’à peu près 14 000 en Syrie. Ces grandes variations dans les estimations sont caractéristiques de la campagne anti-groupe EI depuis ses débuts, en 2014 », ajoutent les experts du groupe.

Dans un rapport récent, des observateurs des Nations unies ont fixé à une fourchette de 20 000 à 30 000 le nombre de combattants du groupe EI encore présents en Irak et en Syrie.

Je ne crois pas à ce chiffre [de 20 000 à 30 000 combattants]. Mais je crois aussi qu’il est impossible à connaître avec précision.

 

Des chiffres incertains depuis longtemps

Cette incertitude sur les effectifs exacts du groupe djihadiste a commencé dès sa fondation : il est issu de mouvements restés souterrains pendant des années en Irak, puis des volontaires venus de toute la région, ensuite du monde entier, l’ont rejoint. Les frontières, notamment celle entre la Turquie et la Syrie, étaient passées clandestinement. Déjà, les services secrets internationaux ne disposaient que d’estimations.

« Aujourd’hui, le principal écueil pour parvenir à un chiffre fiable est qu’on ne connaît pas le nombre de morts dans leurs rangs, lors des opérations de la coalition, des opérations russes, des opérations irakiennes ou turques », confie à l’AFP Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme (CAT) à Paris.

« Les corps des djihadistes tués dans ces raids aériens sont souvent encore sous des décombres, personne ne va les chercher. Donc, tant qu’on n’a pas la certitude de leur mort, ils sont considérés comme vivants. Certains sont même jugés par défaut », ajoute-t-il.

Tore Hamming, spécialiste du djihadisme à l’European University Institute, doute lui aussi de la fourchette avancée par les experts onusiens.

« Je ne crois pas à ce chiffre », dit-il à l’AFP. « Mais je crois aussi qu’il est impossible à connaître avec précision. Il faudrait commencer par définir ce qu’est un membre ou un combattant du groupe EI. [...] Souvenez-vous qu’en 2015 certains avançaient le chiffre de 200 000 hommes, parce qu’ils y incluaient tous ceux qui travaillaient dans l’administration du groupe. Ces nouveaux chiffres comprennent ceux qui portent une arme ou tous ceux qui travaillent pour la cause ? Personne ne sait. »

Des frontières poreuses

Autre cause d’incertitude, souligne Jean-Charles Brisard, la porosité persistante de la frontière entre la Syrie et la Turquie. L’armée turque y a renforcé ses contrôles, mais en mettant le prix (et le groupe EI dispose toujours d’un trésor de guerre), des passeurs locaux peuvent aider à la franchir.

« De nombreux djihadistes sont passés clandestinement en Turquie et y sont toujours, en attendant de pouvoir aller sur une autre zone d’opération », assure-t-il. « Là, les chiffres sont encore plus difficiles à estimer. Le groupe EI s’est organisé de longue date pour faire passer en Turquie les individus importants pour l’organisation, pour pouvoir les redéployer. »

« Nous allons rester dans l’incertitude sur les chiffres précis », poursuit M. Brisard. « Tout ce qu’on sait, c’est qu’il y a des redéploiements sur d’autres zones, Pakistan, Afghanistan, Philippines. Ils ont encore des capacités de mobilité pour passer les frontières. »

Pour les experts du Soufan Group, « même si le groupe EI est revenu du stade de proto-État à celui de groupe insurgé, il demeure l’un des groupes terroristes les plus puissants de l’histoire, et ne manque ni d’armes ni de recrues ».