En Irak, Moqtada Sadr remporte les élections

Le chef populiste Moqtada Sadr
Photo: Haidar Mohammed Ali Agence France-Presse Le chef populiste Moqtada Sadr

L’annonce des résultats définitifs des législatives, après un recomptage manuel exigé par la justice, a confirmé la victoire du chef populiste Moqtada Sadr et va relancer le processus politique bloqué depuis trois mois.

La Cour suprême doit désormais valider les résultats, puis le président de la République sortant a 15 jours pour convoquer le nouveau Parlement, qui doit élire son successeur. La coalition majoritaire lui présente alors le nom du premier ministre qu’elle a choisi, le Parlement vote, puis l’impétrant a un mois pour former le gouvernement.

En fait, ce comptage exigé par les députés sortants et confirmé par la Cour suprême en raison des failles supposées dans le décompte électronique et les soupçons de manipulation n’a pratiquement rien changé aux résultats.

Allié aux communistes, le bouillant dirigeant chiite a confirmé sa première place avec 54 sièges, lors de ce premier scrutin organisé après la victoire sur le groupe État islamique (EI).

Pour l’analyste politique, Aziz Jabbar, « l’annonce des résultats va aider à stabiliser le processus dans le pays et accélérer les réponses aux demandes de la population de jouir de services publics dignes de ce nom ».

Mais cela va tout de même prendre du temps, car en raison de la proportionnelle et pour éviter le retour à une dictature, aucune liste ne peut à elle seule obtenir la majorité absolue. Des alliances doivent donc se nouer pour obtenir la majorité des 329 sièges du nouveau Parlement. Moqtada Sadr a menacé vendredi de siéger dans l’opposition si les autres partis refusaient 40 demandes qu’il a formulées « pour que le processus politique aille dans le bon sens ».