Attentat-suicide contre un convoi des forces étrangères à Kaboul

Il s’agit du premier incident violent enregistré dans Kaboul et visant des étrangers depuis l’offre de paix faite mercredi aux talibans par le président afghan.
Photo: Wakil Kohsar Agence France-Presse Il s’agit du premier incident violent enregistré dans Kaboul et visant des étrangers depuis l’offre de paix faite mercredi aux talibans par le président afghan.

L’explosion d’une voiture-suicide contre un convoi des troupes étrangères vendredi matin dans l’est de Kaboul a fait au moins un mort, un enfant, et 22 blessés parmi les passants et riverains.

Il n’était pas immédiatement possible de savoir si des occupants de la voiture visée, un Land Cruiser selon les témoins, ont été atteints dans cet attentat qui les ciblait et laisse un quartier sous le choc en ce jour hebdomadaire férié en Afghanistan.

Selon Nasrat Rahimi, l’adjoint du porte-parole du ministère de l’Intérieur, « un garçon de 12 ans a été tué et 22 civils blessés ». Le précédent bilan était d’un mort et 9 blessés.

« Vers 9 h, l’explosion d’une voiture s’est produite dans le quartier de Qabil Bay. La cible était un convoi des troupes étrangères », a indiqué Najib Danish, porte-parole du ministère de l’Intérieur.

« Nous ne savons pas s’il y a des victimes parmi les troupes étrangères », a complété son adjoint, Nasrat Rahimi.

Contactés, les responsables de Resolute Support, l’opération de l’OTAN, ont répondu qu’ils « vérifiaient ».

Najib Danish avait dans un premier temps évoqué l’explosion d’un engin « dans la voiture » d’employés étrangers, ce qui semblait peu probable au vu des dégâts occasionnés aux commerces et maisons alentour.

L’explosion a laissé une chaussée jonchée de débris appartenant à la voiture suicide et aux bâtiments riverains, sévèrement endommagés par le souffle. Les témoins ont fait état d’une explosion de forte puissance. Ils se sont également plaints que les secours aient mis plus d’une demi-heure à arriver.

Un cheval, comme il en existe encore beaucoup dans Kaboul pour tirer les charrettes au milieu de la circulation, a été grièvement brûlé à la tête et aux antérieurs. Après avoir tenté de s’éloigner en titubant, la robe en sang, il a fini par être abattu sur place par un boucher, a raconté le photographe de l’AFP.

Pas encore de revendication

L’opération n’avait pas été revendiquée plus de deux heures et demie plus tard.

Il s’agit du premier incident violent enregistré dans Kaboul et visant des étrangers depuis l’offre de paix faite mercredi aux talibans par le président Ashraf Ghani, qui leur a proposé de devenir un parti politique au terme du processus.

Le plan de paix destiné à mettre fin à une guerre de 17 ans avec les talibans a été fraîchement accueilli par les intéressés, qui n’ont jamais reconnu l’autorité du gouvernement de Kaboul et avaient, juste avant, proposé aux Américains de « discuter directement » avec eux.

Plus de 16 000 troupes étrangères sont déployées sous mandat de l’OTAN, dont une majorité d’Américains qui encadrent les forces afghanes et conduisent des opérations au nom de la lutte contre le terrorisme.

Mais les civils afghans payent le plus lourd tribut au conflit, avec plus de 10 000 morts et blessés en 2017. Les attentats et engins piégés sont devenus la première cause de blessures et de mortalité dues au conflit au sein de la population, en particulier dans la capitale.

Kaboul a connu une série d’attentats qui ont fait plus de 130 morts et 250 blessés en une semaine fin janvier.