Le régime syrien poursuit son carnage

Au moins 250 civils, dont près de 60 enfants, ont été tués depuis dimanche dans les bombardements sur la Ghouta orientale (photo fournie par la Défense civile syrienne).
Photo: Syrian Civil Defense via AP Au moins 250 civils, dont près de 60 enfants, ont été tués depuis dimanche dans les bombardements sur la Ghouta orientale (photo fournie par la Défense civile syrienne).

Les aviations syrienne et russe se sont acharnées mardi sur une enclave rebelle proche de Damas, tuant plus de 100 civils et mettant hors service plusieurs hôpitaux malgré les appels de l’ONU à mettre fin à cette « souffrance insensée ».

Au total, au moins 250 civils, dont près de 60 enfants, ont été tués depuis dimanche dans les bombardements sur la Ghouta orientale, fief rebelle assiégé par le régime depuis 2013.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), 17 civils ont péri dimanche, 127 lundi et 106 mardi.

Cette sanglante campagne a été entamée au début du mois par le régime de Bachar al-Assad et semble annoncer un assaut terrestre contre le dernier fief rebelle proche de la capitale, en proie à une grave crise humanitaire.

L’aviation de la Russie, qui soutient Damas, a bombardé mardi la Ghouta orientale pour la première fois depuis trois mois, touchant notamment un des principaux hôpitaux de la région, à Arbine, désormais hors service.

Une catastrophe humaine

L’UNICEF a manifesté mardi sa colère en une seule phrase : « Aucun mot ne rendra justice aux enfants tués, à leurs mères, leurs pères, et à ceux qui leur sont chers. »

L’opposition syrienne en exil a dénoncé « une guerre d’extermination » et le « silence international » quant aux « crimes » du régime dans la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011.

Les bombardements de civils « doivent cesser maintenant », a exigé le coordinateur de l’ONU pour l’aide humanitaire en Syrie, Panos Moumtzis, tirant le signal d’alarme pour les quelque 400 000 personnes prises au piège dans l’enclave rebelle, qui est le dernier fief de l’opposition près de la capitale syrienne.

Le chef de la diplomatie française, Jean-Yves le Drian, a dit craindre « un cataclysme humanitaire » en Syrie et annoncé qu’il se rendrait à Moscou et à Téhéran, les deux principaux appuis du président syrien Bachar al-Assad.

Le département d’État américain s’est dit « extrêmement préoccupé » par la situation dans la Ghouta orientale et a dénoncé les « tactiques » du régime consistant à « assiéger et à affamer ».

Hôpitaux hors d’usage

Photo: Abdulmonam Eassa Agence France-Presse Des centaines de blessés ont afflué mardi dans les hôpitaux de fortune de la région.

Des centaines de blessés ont afflué mardi dans les hôpitaux de fortune de la Ghouta orientale, ont constaté des correspondants de l’AFP.
 

Les lits manquent et les blessés sont soignés à même le sol, tandis que les salles d’opération tournent à plein régime.

« Nous avons reçu un enfant d’un an, le corps tout bleu, le coeur battant à peine. Au moment où je lui ouvrais la bouche pour introduire un tube respiratoire, j’ai découvert qu’elle était remplie de sable. Il avait été récupéré sous les décombres », a raconté à l’AFP le docteur Abou al-Yousr de l’hôpital d’Arbine, mis plus tard hors service par deux bombardements russes selon l’OSDH.

« J’ai alors rapidement dégagé le sable de sa bouche, mais celui-ci avait atteint les poumons. Nous les avons alors nettoyés et il s’est mis de nouveau à respirer », a expliqué, ému, ce médecin après avoir sauvé l’enfant.

« Il s’agit d’un cas parmi des centaines », selon lui.

« Une femme enceinte de sept mois, souffrant d’une hémorragie cérébrale sévère, a été transportée à l’hôpital de Hammouriyé. Elle a fini par succomber à ses blessures et nous n’avons pas réussi à sauver le foetus. »

Outre celui d’Arbine, six autres hôpitaux ont été visés par les bombardements au cours des 48 dernières heures, dont trois sont désormais hors service, selon l’ONU.

Selon le quotidien Al-Watan, proche du régime, ces frappes « sont un prélude à une opération d’envergure [terrestre], laquelle peut commencer à tout moment ».

Les Kurdes sous les bombes turques

Dans la région d’Afrine (nord-ouest de la Syrie), l’armée turque a tiré mardi sur des forces du régime syrien venues prêter main-forte à la milice kurde en Syrie, que la Turquie veut déloger de ce secteur proche de sa frontière.