Jérusalem: la «claque du siècle»

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait auparavant affirmé que les États-Unis s’étaient disqualifiés comme intermédiaire dans les discussions de paix.
Photo: Abbas Momani Agence France-Presse Le président palestinien, Mahmoud Abbas, avait auparavant affirmé que les États-Unis s’étaient disqualifiés comme intermédiaire dans les discussions de paix.

Ramallah — Le président palestinien, Mahmoud Abbas, a qualifié dimanche l’offre de paix du président américain, Donald Trump, de « claque du siècle » et a réitéré son rejet d’une médiation américaine dans le processus de paix.

M. Abbas s’exprimait à l’ouverture d’une réunion des dirigeants de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Ramallah visant à réfléchir à une riposte à la reconnaissance par M. Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël.

La suspension de l’historique reconnaissance d’Israël remontant à 1988 est l’une des options proposées à la discussion du Conseil central palestinien, l’un des organes de l’OLP, l’entité reconnue internationalement comme représentant les Palestiniens des Territoires et de la diaspora, avaient indiqué des délégués.

« Nous disons à Trump que nous n’accepterons pas son plan, l’affaire du siècle s’est transformée en claque du siècle », a affirmé M. Abbas, donnant le ton de la réunion, qui doit se poursuivre lundi.

Le président palestinien semble faire référence au voeu exprimé par M. Trump de présider à l’accord diplomatique « ultime » entre Israéliens et Palestiniens.

Après son rejet de toute médiation américaine, un pilier historique du processus de paix, M. Abbas a assuré qu’Israël « avait mis fin » aux accords d’Oslo sur l’autonomie palestinienne signés en 1993, la référence des pourparlers de paix.

« Je dis qu’il n’y a plus d’Oslo, Israël a mis fin à Oslo », a-t-il répété, ajoutant que des décisions pour l’avenir devaient être prises durant cette rencontre.

Le 13 septembre 1993, après six mois de négociations secrètes à Oslo, Israël et l’OLP se reconnaissaient mutuellement et signaient à Washington en présence du président Bill Clinton une « Déclaration de principes » sur une autonomie palestinienne transitoire de cinq ans.

Antagonisme

L’éventualité d’une riposte palestinienne donne la mesure de la colère provoquée par la décision le 6 décembre de la Maison-Blanche de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël.

Cette rupture unilatérale avec des décennies de diplomatie américaine et internationale, interprétée comme la dénégation des revendications palestiniennes sur Jérusalem-Est annexée et occupée, a suscité des violences qui ont causé la mort de seize Palestiniens.

Elle a provoqué la fureur de la direction palestinienne, qui a gelé les contacts avec le gouvernement Trump. Aucun dirigeant palestinien ne devrait rencontrer le vice-président Mike Pence attendu à Jérusalem les 22 et 23 janvier après avoir reporté une visite initialement prévue mi-décembre.

À la tête de l’Autorité palestinienne depuis 2005, Mahmoud Abbas, 82 ans, avait auparavant affirmé que les États-Unis s’étaient disqualifiés comme intermédiaire des discussions de paix.

Pour les dirigeants palestiniens, la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël n’est que l’expression de trop d’un clair parti pris pro-israélien, déjà manifesté par le non-engagement en faveur de la création d’un État palestinien, la discrétion observée sur la poursuite de la colonisation israélienne des territoires palestiniens occupés ou encore la menace de fermeture du bureau de l’OLP à Washington.

Dimanche soir, le président palestinien n’a pas mentionné la reconnaissance d’Israël, mais a dénoncé la « poursuite de la colonisation » comme un obstacle à la solution à deux États, la référence de l’ONU pour résoudre l’un des plus vieux conflits de la planète.

Trump réduirait l’aide aux réfugiés palestiniens

Washington — Le gouvernement Trump se prépare à retirer des dizaines de millions de dollars en financement à l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, en réduisant la première contribution de l’année de plus de la moitié ou en l’éliminant entièrement, selon des responsables américains.

Le président Donald Trump n’a pas pris de décision définitive, mais s’apprêterait à remettre seulement 60 millions du premier octroi prévu de 125 millions à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine, ont indiqué ces responsables, qui n’étaient pas autorisés à discuter publiquement de la question et ont parlé sous le couvert de l’anonymat.

En outre, les contributions à l’avenir nécessiteraient que l’agence, fortement critiquée par Israël, démontre des changements importants dans ses activités, ont-ils indiqué, ajoutant qu’une possibilité étudiée exigerait que les Palestiniens reprennent des discussions de paix avec Israël.

Le département d’État américain a affirmé dimanche que la décision faisait l’objet d’un examen, et qu’il y avait « encore des délibérations ». La Maison-Blanche n’a pas répondu dans l’immédiat à des questions sur ces enjeux.

Le gouvernement pourrait annoncer sa décision dès mardi, ont indiqué les officiels américains. Le plan de retrait d’une partie du financement est appuyé par le secrétaire d’État, Rex Tillerson, et le secrétaire à la Défense, James Mattis, qui l’auraient présenté comme un compromis à des demandes plus tranchées de la part de l’ambassadrice américaine aux Nations unies, Nikki Haley.

Les États-Unis constituent le principal donateur de l’agence, fournissant près de 30 % de son budget total.