L’ONU examine une résolution rejetant la décision de Trump sur Jérusalem

La décision de Donald Trump a déclenché la colère des Palestiniens, des manifestations dans le monde musulman et une réprobation quasi unanime de la communauté internationale.
Photo: Louisa Gouliamaki Agence France-Presse La décision de Donald Trump a déclenché la colère des Palestiniens, des manifestations dans le monde musulman et une réprobation quasi unanime de la communauté internationale.

Nations unies — Le Conseil de sécurité de l’ONU examine un projet de résolution visant à rejeter la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale officielle de l’État d’Israël.

 

L’Égypte a fait circuler samedi un texte, obtenu par l’AFP, qui demande notamment que la décision unilatérale prise par les États-Unis soit révoquée. Ce projet de résolution pourrait être mis au vote dès lundi.

 

La décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël a déclenché la colère des Palestiniens, des manifestations dans le monde musulman et une réprobation quasi unanime de la communauté internationale.

 

Le projet de résolution souligne que le statut de Jérusalem « doit être résolu par la négociation » et fait part de « profonds regrets concernant les récentes décisions sur Jérusalem », sans mentionner nommément les États-Unis.

 

Le texte affirme également que « toute décision ou action visant à altérer le caractère, le statut ou la composition démographique » de Jérusalem « n’a pas de force légale, est nulle et non avenue et doit être révoquée ».

 

Les diplomates s’attendent à ce que les États-Unis posent leur veto pour bloquer cette résolution qui devrait recevoir le soutien des 14 autres membres du Conseil de sécurité.

 

Israël a annexé la partie orientale de Jérusalem, dont elle a pris le contrôle pendant la guerre de 1967, puis voté une loi faisant de la Ville sainte sa capitale « indivisible ».

 

Cette annexion n’a jamais été reconnue par la communauté internationale et les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme la capitale de leur futur État.

 

Plusieurs résolutions de l’ONU ont appelé Israël à se retirer des territoires saisis lors de la guerre de 1967 et ont réaffirmé la nécessité de mettre fin à l’occupation.

 

En 1980, le Conseil de sécurité a adopté une résolution déclarant que « toutes les mesures et actions législatives et administratives prises par Israël, puissance occupante, qui visent à modifier le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem n’ont aucune validité juridique ».

 

Les États-Unis s’étaient abstenus lors de ce vote, autorisant l’adoption de la mesure.

1 commentaire
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 17 décembre 2017 08 h 50

    Mécompréhensible, bouleversant !

    « Le Conseil de sécurité de l’ONU examine un projet de résolution visant à rejeter la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale officielle de l’État d’Israël. » (AFP)

    De cette citation, une douceur :

    Bien que la récente déclaration de la présidence américaine sur Jérusalem soit « contestée » ou « contestable », il n’en demeure pas moins qu’elle ne saurait entraîner l’aval de l’ONU étant donné son origine particulière provenant d’un des États souverains en droit de s’y exprimer !

    Lorsque, d’exemple, un État se déclare en faveur (ou en défaveur) d’un autre État souverain, l’ONU ne peut rien faire, et ce, pour des motifs d’autonomie-autodétermination reconnus à tout État, membre ou selon de l’ONU !

    Si, de cet exemple, le Canada (ce pays si loin et si proche de nulle part) décidait de faire de Vancouver sa Capitale nationale au détriment d’Ottawa, l’ONU ne pourra rien faire, notamment sur la gestion interne d’un État tout aussi souverain que d’autres !

    Mais, de cette douceur, lorsqu’un pays déclare reconnaître (« valider ») Jérusalem être la Capitale d’Israël, on-dirait que, de tout projet onusien de résolution éventuelle, la fin du monde s’approche !

    Mécompréhensible, bouleversant ! - 17 déc 2017 -