Réconciliation: Israël refuse catégoriquement de négocier avec le Hamas

L'accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah a été signé jeudi au Caire.
Photo: Khaled Desouki Agence France-Presse L'accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah a été signé jeudi au Caire.

Jérusalem — Le gouvernement israélien a dit mardi refuser de négocier avec un futur gouvernement d’union palestinien qui comprendrait le Hamas si la formation islamiste ne rend pas les armes, ne renonce pas à la violence et ne reconnaît pas Israël.

Selon un communiqué officiel, le cabinet israélien restreint, traitant des affaires de sécurité, a aussi conditionné toute discussion avec un gouvernement d’union palestinien à une rupture des liens entre le Hamas et l’Iran, une restitution des corps de soldats israéliens tués pendant la guerre de 2014 dans la bande de Gaza et la libération d’Israéliens retenus dans le territoire.

Le « cabinet de sécurité » s’est réuni mardi alors que le Hamas et le Fatah, principales formations palestiniennes, cherchent à enterrer dix années de dissensions délétères et devraient engager prochainement des discussions en vue de former un gouvernement d’union.

En vertu d’un accord signé jeudi au Caire, la réconciliation doit voir l’Autorité palestinienne, entité internationalement reconnue et interlocutrice d’Israël, reprendre d’ici au 1er décembre tous les pouvoirs dans la bande de Gaza, dont elle avait été évincée par le Hamas en 2007.

Depuis lors, l’Autorité n’exerce plus ses pouvoirs — limités — que sur la Cisjordanie, territoire occupé par l’armée israélienne.

Le « cabinet de sécurité » israélien a indiqué que le gouvernement ne mènerait « pas de négociations avec un gouvernement palestinien comprenant le Hamas, organisation terroriste qui appelle à la destruction d’Israël, aussi longtemps qu’il ne remplit pas les conditions » israéliennes.

Israël a également énoncé comme condition que l’Autorité assume le contrôle total de la sécurité dans la bande de Gaza, y compris aux points de passage vers Israël et l’Égypte.

« Ingérences flagrantes »

Dans la bande de Gaza, le porte-parole du Hamas Fawzi Barhoum a déclaré à l’AFP que son mouvement ignorerait de « telles ingérences flagrantes dans les affaires palestiniennes ».

« La réponse, a-t-il ajouté, doit être de continuer à renforcer le front intérieur palestinien, et la réconciliation dans tous les domaines » sur lesquels le Hamas et l’Autorité palestinienne se sont entendus au Caire.

Le porte-parole du président palestinien, Mahmoud Abbas, a également rejeté la déclaration israélienne.

« Les remarques israéliennes ne changeront pas la position officielle palestinienne, qui est d’aller de l’avant avec la réconciliation et de satisfaire les espoirs et les aspirations de notre peuple », a déclaré Nabil Abou Roudeina dans un communiqué repris par l’agence officielle Wafa.

« La communauté internationale, dont l’administration américaine, a salué le retour de l’Autorité palestinienne […] dans la bande de Gaza », a-t-il ajouté.


Feu vert à la construction de 1292 logements supplémentaires en Cisjordanie

Jérusalem — Israël a décidé mardi de donner suite aux projets de construction d’au total 1292 logements en Cisjordanie, dans une nouvelle poussée de la colonisation de la part du gouvernement de Benjamin Nétanyahou en territoire palestinien occupé. L’Administration civile, autorité israélienne faisant office de gouvernement en Cisjordanie occupée, a donné son approbation à ces plans, a indiqué à l’AFP l’organisation israélienne anticolonisation La paix maintenant. En tout, c’est l’examen des dossiers de plus de 2000 habitations qui était prévu mardi et mercredi, à différents stades des procédures d’instruction, a dit La paix maintenant. L’Administration civile avait approuvé lundi la construction de 31 logements pour colons juifs à Hébron, une première depuis 2002 dans une ville de Cisjordanie où la coexistence de quelques centaines de juifs et de dizaines de milliers de Palestiniens est une source de tensions et de violences permanente. La présidence palestinienne a condamné ces nouvelles annonces. Quelque 430 000 colons vivent en Cisjordanie, territoire occupé depuis 50 ans par l’armée israélienne, aux côtés de 2,6 millions de Palestiniens.

1 commentaire
  • Robert Bernier - Abonné 18 octobre 2017 06 h 19

    Rien de nouveau sous le soleil d'Israël

    Le Hamas tente une deuxième réconciliation avec le Fatah. Ce faisant, il se place sur une voie qui devrait l'amener à moyen terme à reconnaître Israël. Tout le monde devrait être heureux. Mais pas Israël, qui perdrait ainsi son épouvantail, celui qui lui permet de continuer sa stratégie de conquête militaire de nouvelles colonies tout en jouant la victime. C'est le même jeu que lors de la première tentative. Israël ne veut pas négocier. D'ailleurs, c'était encore symptomatique de la stratégie d'Israël -gagnante à l'internationale- que de jouer la provocation lors des dernières semaines en annonçant une nouvelle série de construction de logements à Hébron: rendre intenable pour le Hamas l'idée de rejoindre le Fatah.

    J'ai écrit sur cette stratégie dans Le Devoir du 12 août 2006 ( http://www.ledevoir.com/international/actualites-i ).

    Rien ne change. Rien de nouveau sous le soleil d'Israël. C'est une honte.

    Robert Bernier
    Mirabel