Deux raids de la coalition bloquent un convoi de djihadistes évacués du Liban

Le colonel de l'armée américaine Ryan Dillon, porte-parole pour la coalition antidjihadiste dirigée par Washington, a annoncé que le groupe EI était «complètement encerclé» dans la ville de Tal Afar.
Photo: Karim Kadim Associated Press Le colonel de l'armée américaine Ryan Dillon, porte-parole pour la coalition antidjihadiste dirigée par Washington, a annoncé que le groupe EI était «complètement encerclé» dans la ville de Tal Afar.

La coalition antidjihadiste dirigée par Washington a mené deux raids aériens mercredi pour empêcher des centaines de combattants du groupe État islamique (EI) évacués du Liban il y a deux jours d’atteindre l’est de la Syrie frontalier de l’Irak, a affirmé son porte-parole à l’AFP.

Ces djihadistes, évacués avec leurs familles, ont été chassés le week-end dernier de la frontière libano-syrienne, à la suite d’un accord qui a mis fin à une semaine de combats et devait permettre leur transfert par bus vers la ville de Boukamal contrôlée par le groupe EI et située dans Deir Ezzor, dernière province de la Syrie aux mains des djihadistes.

L’accord a été négocié entre le groupe EI et le Hezbollah libanais — considéré comme une « organisation terroriste » par les États-Unis, tout comme le groupe EI.

Un premier raid a touché mercredi la route menant de la localité syrienne de Hmaimé à Boukamal, plus à l’est, a affirmé le porte-parole de la coalition antidjihadiste, le colonel Ryan Dillon.

« Pour empêcher le convoi de se diriger plus à l’est, nous avons créé un cratère et détruit un petit pont », a-t-il dit.

La coalition a ensuite précisé avoir « frappé des véhicules et des combattants, clairement identifiés comme appartenant au groupe EI » et qui semblaient venir de Boukamal, à la frontière avec l’Irak, et se diriger vers le convoi.

« S’ils essaient encore d’envoyer des gens dans cette direction, nous continuerons à les attaquer, a prévenu le colonel Dillon. Le groupe EI est une menace mondiale ; déplacer des terroristes d’un endroit à un autre […] n’est pas une solution durable. »

Le convoi de djihadistes, qui compte également des civils, y compris des enfants, a quitté la frontière libano-syrienne il y a deux jours, mais les bus étaient bloqués mercredi à Hmaimé, une ville située à quelques dizaines de kilomètres de la frontière irakienne.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a indiqué qu’il cherchait une « nouvelle route » pour atteindre Boukamal.

« La coalition surveille leurs mouvements en temps réel. En accord avec les lois régissant les conflits armés, la coalition agira contre le groupe EI quand et où elle le pourra », a assuré le porte-parole de la coalition.

« Si nous parvenons à les [djihadistes] frapper sans toucher aux civils, nous le ferons », a-t-il ajouté.

Accord critiqué

L’émissaire du président américain auprès de la coalition anti-groupe EI, Brett McGurk, a lui aussi critiqué l’accord : « Les terroristes du groupe EI doivent être tués sur le champ de bataille et non pas être [évacués] à bord de bus à travers la Syrie jusqu’à la frontière irakienne, sans le consentement de l’Irak », a-t-il twitté.

« Notre coalition fera en sorte que ces terroristes ne puissent jamais entrer en Irak ou s’échapper de ce qui reste de leur “califat” chancelant », a-t-il encore ajouté.

Il faisait référence au « califat » autoproclamé par le groupe EI en 2014 sur des territoires conquis en Irak et en Syrie et où il a fait régner la terreur avant d’être visé par une série d’offensives qui l’ont chassé de plusieurs de ses fiefs.

L’accord d’évacuation a également provoqué l’indignation en Irak, où le premier ministre Haider al-Abadi s’est dit « très inquiet » de la présence « inacceptable » de djihadistes à la frontière de son pays.

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a fait une rare déclaration mercredi soir pour tenter de calmer le jeu.

« Nous avons transféré ces combattants vaincus d’un front vers un autre où nous sommes aussi en train de les combattre », a-t-il affirmé. « Nous partageons un combat et un destin commun », a-t-il ajouté à l’adresse des responsables irakiens.

Implanté des deux côtés de la frontière libano-syrienne, le groupe EI a été chassé de la région frontalière à l’issue d’une semaine d’offensives menées au Liban par l’armée libanaise et en Syrie par le Hezbollah et l’armée syrienne.

Le président libanais et le chef de l’armée se sont félicités de la « victoire » remportée contre le groupe EI.

Mais l’accord d’évacuation est également très controversé au Liban, où beaucoup ont exprimé leur indignation de voir les djihadistes partir à bord de « bus climatisés » alors qu’ils sont soupçonnés d’avoir exécuté huit soldats libanais kidnappés par l’organisation en 2014.

Les restes présumés de ces soldats, que l’armée cherchait à récupérer, ont été retrouvés le week-end dernier dans la zone des combats.