En Arabie saoudite, une femme arrêtée après s’être promenée en minijupe

Dans la vidéo devenue virale depuis son apparition sur Snapchat au cours du week-end, on peut voir la femme qui marche dans un fort historique alors qu’il n’y a personne autour d’elle.
Photo: Capture d’écran Snapchat Dans la vidéo devenue virale depuis son apparition sur Snapchat au cours du week-end, on peut voir la femme qui marche dans un fort historique alors qu’il n’y a personne autour d’elle.

Dans une vidéo publiée sur Snapchat ce week-end et tournée dans une région conservatrice du royaume wahhabite, celle que certains présentent comme une mannequin locale apparaît bras et tête nus.

Sur la vidéo de quelques secondes, une jeune femme brune, filmée de dos, déambule dans une ruelle fortifiée en minijupe imprimée. La courte séquence, tournée dans l’une des régions les plus conservatrices d’Arabie saoudite, a provoqué une vive polémique dans le royaume wahhabite où le code vestimentaire des femmes est très strictement réglementé, rapporte le Washington Post. Selon la télévision d’État citée par le quotidien américain, la jeune femme, présentée comme une mannequin saoudienne, a finalement été arrêtée, après avoir fait l’objet d’une enquête.

La vidéo de quelques secondes, publiée sur Snapchat ce week-end puis largement partagée sur Twitter, a été tournée dans le village d’Ushaiger, un site historique situé à environ 200 kilomètres de la capitale, Riyad.

Le port de l’abaya obligatoire

La jeune femme, tête nue, porte une jupe au-dessus du genou et un haut qui dévoile une partie de son ventre. Une tenue qui va à l’encontre des règles conservatrices en vigueur en Arabie saoudite, qui applique une version ultrarigoriste de l’islam. Le port de l’abaya, une robe longue et large, y est obligatoire, et les femmes sont traditionnellement tenues de couvrir leurs cheveux et leur visage avec un hidjab. Certaines portent un niqab, un voile intégral qui couvre le visage à l’exception des yeux. Les femmes ne sont pas non plus autorisées à conduire.

Finalement arrêtée, la jeune femme aurait reconnu avoir visité le site historique en compagnie d’un homme, mais affirme que les images ont été diffusées sur les réseaux sociaux à son insu, selon un porte-parole de la police cité par des médias saoudiens. Elle doit maintenant être transférée devant un représentant de la justice qui décidera de la détenir ou de la libérer, et d’engager ou non des poursuites. La police a affirmé vouloir « adopter les mesures nécessaires contre cette transgression [de l’ordre moral], en coordination avec les autorités compétentes ».

La diffusion de la vidéo avait donné lieu à un débat entre les internautes originaires du royaume ces derniers jours. Un mot-clic réclamant que la jeune femme soit jugée a été créé par ceux qui considèrent que les femmes doivent respecter le code vestimentaire du pays : « Nous respectons les lois des autres pays lorsque nous nous y rendons, les visiteurs doivent respecter celles de notre pays », écrit ainsi l’écrivain saoudien Ibrahim al-Munayif sur son compte Twitter. Un autre internaute abonde : « En France, le niqab est interdit [dans l’espace public] et les femmes qui le portent s’exposent à une amende. En Arabie saoudite, porter une abaya et des vêtements couvrants fait partie des lois du royaume. » Des versions retouchées (souvent grossièrement) de la vidéo, dans lesquelles les jambes dénudées sont recouvertes, ont également circulé.

Un acte de rébellion défendu par certains internautes

La jeune femme a cependant reçu le soutien de plusieurs internautes, qui voient dans son geste un acte de rébellion contre la société ultraconservatrice saoudienne. Certains dénoncent aussi le deux poids deux mesures en matière de code vestimentaire, les autorités étant bien moins regardantes sur les tenues des dignitaires étrangers. Les règles ne s’appliquent généralement pas non plus aux touristes, qui peuvent être vêtus à l’occidentale. Melania et Ivanka Trump étaient apparues en mai en jupe sans provoquer de remous, rappelle une internaute — même si leurs tenues étaient plus couvrantes qu’à l’habitude.

La police religieuse de la monarchie du Golfe avait fait savoir dès dimanche sur Twitter qu’elle allait se « coordonner » avec les autorités compétentes pour enquêter. Des internautes avaient par ailleurs diffusé ce qui semble être un mandat d’arrêt contre la jeune femme, accusée dans le document de « manquer de respect et de violer les enseignements de l’islam, ainsi que les coutumes et traditions du pays ».

Selon un sondage mené en 2014 et cité par le Washington Post, 63 % des Saoudiens estiment que les femmes devraient porter un niqab qui ne dévoile que les yeux, tandis que seulement 3 % jugent approprié d’avoir la tête découverte. Paradoxalement, selon la même étude, 47 % des sondés considèrent que les femmes devraient pouvoir être libres de choisir leur manière de se vêtir. Sans que l’on sache si, selon eux, le choix des femmes doit être guidé par les normes sociales ou culturelles du pays.

3 commentaires
  • Jean-Marc Simard - Abonné 19 juillet 2017 07 h 38

    Pauvre petite «Manon des Sources»...

    Les Musulmans devraient se rappeler que Dieu, la nature, ou Allah, peu importe, fait naître les créatures humaines nues, non habillées...Les animaux naissent habillés avec un lot de fourrure sur le corps...Non les humains...Ce sont plutôt les religions qui les habillent de la tête au pied avec le mandat de cacher et d'emprisonner les sois-disant images impudiques qu'un corps déshabillé suscitent...Malheureusement cette dame qui se promène en minijupe devra subir de cruels reproches et de grandes sanctions qu'une religion rétrograde fera subir au nom d'une fausse pudeur maladive qu'aggrave une idéologie elle-même sans pudeur... Cette même religion n'hésitera à faire tuer ou à massacrer un corps d'une grande beauté pour empêcher que des yeux vicieux ne s'excitent trop...Au lieu de louer Dieu pour les merveilles de sa création, certains religieux psychotisés n'hésiteront pas à enlaidir et détruire ce que la nature fait de plus beau...Malheureusement pour cette dame à l'allure naturelle devra aller se réhabiller...Sinon, les loups islamiques la mangeront...Pauvre Manon des Sources... Comme le dit la chanson: «Elle est là au milieu du bois la source et je me demande s'il faut croire à cette légende d'une fille qu'on y trouva»...

  • Gilles Delisle - Abonné 19 juillet 2017 09 h 37

    Et les musulmanes d'ici continueront de porter le voile quand même

    Signe de soumission totale de la femme, les musulmanes d'ici continueront de porter et de défendre le voile islamique, sachant très bien ce que signifie ce voile. Pire encore, on voit des petites filles portant le voile , elles aussi, qui devront apprendre à vivre avec ce vêtement affligeant. Soumission à un dieu, ou plutôt et surtout aux hommes! Vive la libération de la femme ,mesdames, comme en 1970!

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 19 juillet 2017 14 h 59

    ?!?

    « Nous respectons les lois des autres pays lorsque nous nous y rendons, les visiteurs doivent respecter celles de notre pays » (Ibrahim al-Munayif, Écrivain, Arabie Saoudite)

    Vraiment ?

    Si, parmi ces visiteurs-visiteuses, certains décident d’opter la tenue vestimentaire du pays (port de bikini, d’exemple) ou de se nourrir de viande interdite (porc … .) qu’ils fréquentent, une fois de retour au bercail, y seront-ils traduits en justice ?

    ?!? - 19 juillet 2017 -