Déluge de feu djihadiste à Raqqa, en Syrie

Les Forces démocratiques syriennes ont réussi il y a quelques jours à entrer dans la vieille ville de Raqqa grâce aux frappes de la coalition internationale qui ont ouvert des brèches dans la muraille entourant ce secteur historique fortifié.
Photo: Associated Press Les Forces démocratiques syriennes ont réussi il y a quelques jours à entrer dans la vieille ville de Raqqa grâce aux frappes de la coalition internationale qui ont ouvert des brèches dans la muraille entourant ce secteur historique fortifié.

Beyrouth — Des combattants syriens soutenus par les États-Unis peinaient vendredi à progresser dans la ville de Raqqa face au déluge de feu des djihadistes qui ont intensifié les attaques suicides et les tirs d’obus, selon une ONG.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) — une alliance de combattants kurdes et arabes — ont réussi il y a quelques jours à entrer dans la vieille ville de Raqqa grâce aux frappes de la coalition internationale qui ont ouvert des brèches dans la muraille entourant ce secteur historique fortifié.

Mais, depuis, les FDS aidées des Forces d’élite syriennes (FES) — une unité de combattants arabes — ont peu progressé dans la vieille ville, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Le groupe djihadiste État islamique (EI) « utilise des voitures piégées, des tirs de mortier et des snipers pour mener une contre-offensive dans la vieille ville », a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les FDS, fer de lance de la lutte contre le groupe EI en Syrie, cherchent à chasser les djihadistes de Raqqa, leur principal bastion dans ce pays ravagé par la guerre depuis plus de six ans.

Il leur a fallu sept mois pour avancer en direction de la ville et l’encercler avant d’y pénétrer le 6 juin. Sur leur chemin, les FDS se sont emparées de plusieurs régions autour de la cité du Nord syrien.

Selon l’OSDH, les forces antidjihadistes se sont emparées d’environ 30 % de Raqqa depuis leur entrée dans la ville.

Le groupe État islamique utilise des voitures piégées, des tirs de mortier et des snipers pour mener une contre-offensive dans la vieille ville

 

Aucune avancée notable n’a été enregistrée vendredi, a indiqué le porte-parole des FES, Mohammad Khaled Chaker. « Il y a des affrontements, mais nous n’avons pas encore atteint le centre-ville. »

Les FES, formées début 2016, comptent plusieurs centaines de combattants originaires de tribus arabes de Raqqa et de Deir Ezzor. Elles ont rejoint l’offensive contre le groupe EI en décembre 2016 et se battent aux côtés des FDS à Raqqa.

Le groupe EI s’est emparé en 2014 de vastes territoires à cheval entre l’Irak et la Syrie, faisant de Raqqa et de Mossoul ses principaux fiefs dans ces deux pays. Le groupe djihadiste est en passe de perdre Mossoul face à une offensive des troupes gouvernementales irakiennes.

Raqqa est devenue tristement célèbre pour les atrocités commises par les djihadistes dans la ville et serait un centre pour la planification d’attentats meurtriers à l’étranger.

Selon les estimations, il resterait quelque 2500 djihadistes à Raqqa.

L’Observatoire a indiqué jeudi que la coalition avait fourni aux FDS un nouveau lot d’armements américains — véhicules blindés, munitions et armes – transportés depuis la frontière irakienne.