18 mois de prison pour un soldat israélien ayant achevé un Palestinien

Elor Azaria et ses proches n’ont pas bronché à l’énoncé de la peine, prononcée après des mois d’un procès exceptionnel qui a captivé Israël.
Photo: Jim Hollander Agence France-Presse Elor Azaria et ses proches n’ont pas bronché à l’énoncé de la peine, prononcée après des mois d’un procès exceptionnel qui a captivé Israël.

Un tribunal militaire israélien a condamné mardi à 18 mois de prison le soldat Elor Azaria, accusé d’avoir achevé un assaillant palestinien blessé, point d’orgue d’un procès qui aura profondément divisé le pays.

Le sergent de 21 ans est le premier soldat israélien depuis plus de 10 ans à être condamné pour homicide, selon la presse.

Sa condamnation a immédiatement suscité des appels à sa grâce de la part de personnalités de la droite israélienne. La direction palestinienne a, elle, dénoncé dans cette peine « légère » un « feu vert » donné aux « crimes des soldats » israéliens contre les Palestiniens.

Elor Azaria et ses proches n’ont pas bronché à l’énoncé de la peine, prononcée après des mois d’un procès exceptionnel qui a captivé Israël et mis en lumière de profondes lignes de fracture. Une fois la cour retirée, toute la famille a entonné l’hymne israélien.

La présidente de la cour, Maya Heller, a estimé qu’il avait bel et bien tiré pour tuer alors que le Palestinien ne constituait pas une menace. Elle a noté qu’Elor Azaria n’avait exprimé aucun remords. Elle lui a en revanche reconnu des circonstances atténuantes, évoquant le « territoire hostile » sur lequel s’étaient produits les faits et « l’épreuve subie par sa famille ».

Elor Azaria doit commencer à purger sa peine le 5 mars, a-t-elle dit. Il peut faire appel.

Manifestation en soutien au soldat

À l’extérieur, plusieurs dizaines de personnes, étroitement surveillées par les policiers après des heurts lors d’une précédente audience, ont manifesté leur soutien au soldat, brandissant des pancartes et des banderoles proclamant : « On ne laisse pas tomber les combattants » ou « Mort aux terroristes ».

Elor Azaria, qui a aussi la nationalité française, encourait 20 ans de prison.

Membre d’une unité paramédicale, le soldat a été filmé le 24 mars 2016 par un militant pro-palestinien d’une ONG israélienne alors qu’il tirait une balle dans la tête d’Abdel Fattah al-Sharif à Hébron, en Cisjordanie, territoire palestinien occupé par Israël.

Le Palestinien venait d’attaquer des soldats au couteau. Atteint par balle, il gisait au sol, apparemment hors d’état de nuire.

Elor Azaria, arrêté immédiatement après les faits et depuis assigné à sa base, plaidait non coupable. Il pensait que le Palestinien dissimulait sous ses vêtements une ceinture d’explosifs, ont plaidé ses avocats.

Les Territoires palestiniens, Jérusalem et Israël étaient alors en proie à une vague de violences quasi quotidiennes.

Entre comportement éthique et soutien sans faille

Ce contexte de tensions après des années de conflit et la litanie de morts qu’il a causée ont fortement contribué à diviser l’opinion israélienne devant le spectacle de ce procès ultramédiatisé.

D’un côté, ceux qui défendent le procès au nom du respect nécessaire de valeurs éthiques par l’armée. De l’autre, les tenants d’un soutien sans faille aux soldats devant faire face aux attaques palestiniennes.

Nombre d’Israéliens souscrivent aux propos qu’aurait tenus Elor Azaria avant de tirer et selon lesquels l’assaillant méritait de mourir. Il a été présenté par beaucoup comme un héros ou un bouc émissaire.

Plusieurs ministres du gouvernement considéré comme le plus à droite de l’histoire d’Israël ont demandé sa grâce.

« La sécurité d’Israël exige qu’il soit gracié. […] Il ne peut aller en prison, sinon nous en paierons tous le prix », a dit le ministre nationaliste religieux de l’Éducation Naftali Bennett, concurrent très à droite du premier ministre Benjamin Nétanyahou.

Plus de deux tiers (70 %) des Israéliens sont favorables à une grâce, selon un récent sondage.

L’état-major a bravé la réprobation et poussé au procès. Les forces israéliennes sont régulièrement accusées d’exécutions sommaires, et il importait à une armée qui se veut « morale » d’en apporter la preuve.

L’affaire a mis à l’épreuve cette institution, réputée comme un facteur d’unité. Les messages haineux se sont multipliés contre les juges.

Les Palestiniens, quant à eux, ont suivi le procès de loin sans rien en attendre. Pour eux, Abdel Fattah al-Sharif n’était qu’un Palestinien de plus tombé sous les balles de l’occupant, et le procès n’aurait jamais eu lieu si les faits n’avaient été filmés. La direction palestinienne basée à Ramallah s’est cependant indignée de la durée de la peine.

« Est-ce que c’était un animal pour qu’on le tue de la sorte, de cette manière barbare ? Ce n’était pas un animal. C’était un être humain, tout comme [Elor Azaria] », a dit à des journalistes à Hébron le père du Palestinien, Yousri al-Sharif.

3 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 21 février 2017 10 h 42

    Décision honorable

    Cette décision est tout à l'honneur de l'armée et de la justice israélienne. La peine aurait pu cependant être plus lourde. Elle doit être exécutée en entier. Pour l'honneur.


    M.L.

    • Colette Pagé - Inscrite 21 février 2017 12 h 32

      Je souscris à cette opinion bien qu'il soit raisonnable de penser que le PM cède à la droite extrémiste et libère le soldat reconnu coupable avant la fin de l'exécution de sa sentence.

  • Réal Bergeron - Abonné 21 février 2017 16 h 12

    Le sourire du héros

    Ce n'est pas la prison qui attend ce soldat, mais la haie d'honneur.