Un soldat israélien coupable d’homicide sur un Palestinien

Le sergent Elor Azaria, en attente du verdict avec ses proches
Photo: Heidi Levine Associated Press Le sergent Elor Azaria, en attente du verdict avec ses proches

Un tribunal militaire israélien a déclaré mercredi coupable d’homicide volontaire un soldat franco-israélien accusé d’avoir achevé un assaillant palestinien blessé, après des mois d’un procès exceptionnel qui divise profondément ses compatriotes.

Les juges devraient prendre plusieurs semaines avant de prononcer leur peine contre le sergent Elor Azaria, 20 ans, qui encourt 20 ans de prison. Il est le premier soldat israélien reconnu coupable d’homicide volontaire depuis 2005, selon la presse.

Le premier ministre, Benjamin Nétanyahou, sur sa page Facebook, s’est déclaré « favorable à ce qu’Elor Azaria bénéficie d’une mesure de grâce ».

Mais le président, Reuven Rivlin, a jugé prématurée toute discussion sur une grâce, qui ne peut être faite que par le soldat, son avocat ou sa famille proche, une fois tous les recours juridiques épuisés, selon son bureau.

Le soldat est jugé depuis mai 2016 pour avoir tiré une balle dans la tête d’un Palestinien apparemment hors d’état de nuire après avoir attaqué des soldats israéliens.

Opinion publique divisée

Le jugement, couvert en direct par les grandes chaînes de télévision, a continué à mettre en lumière les profondes lignes de fracture causées par l’affaire, entre ceux qui plaident pour le respect par l’armée de valeurs éthiques et ceux qui invoquent le soutien dû aux soldats confrontés aux attaques palestiniennes.

Des accrochages ont éclaté entre des dizaines de jeunes supporteurs du soldat et les forces de l’ordre à l’extérieur du QG de l’armée où le tribunal statuait à Tel-Aviv. « Le peuple d’Israël n’abandonne pas l’un de ses soldats sur le champ de bataille », proclamait une pancarte.

1 commentaire
  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 5 janvier 2017 14 h 43

    Bref !

    « Un tribunal militaire israélien a déclaré mercredi coupable d’homicide volontaire » ; « Le soldat est jugé depuis mai 2016 pour avoir tiré une balle dans la tête d’un Palestinien apparemment hors d’état de nuire après avoir attaqué des soldats israéliens. » (Joseph Dyke, AFP, Tel-Aviv)

    De ce jugement, il est à se demander si ce Tribunal a failli à sa tâche ou pas, et ce, en escamotant, possiblement ?, la situation dans laquelle se retrouvait ce soldat à ce moment-là ; une situation de tension épouvantable à vivre, notamment dans un « champ de bataille » !

    Bref ! - 5 jan 2017 -