Syrie: Washington tient Moscou pour «responsable» du raid contre un convoi humanitaire

L'un des camions touchés par le raid aérien de lundi soir près d'Orum al-Kubra, en banlieue d'Alep.
Photo: Omar Haj Kadour Agence France-Presse L'un des camions touchés par le raid aérien de lundi soir près d'Orum al-Kubra, en banlieue d'Alep.

Nations unies — La Maison-Blanche a affirmé mardi qu’elle tenait la Russie pour « responsable » du bombardement lundi d’un convoi humanitaire en Syrie qui a provoqué un tollé international.

« Toutes les informations indiquent clairement qu’il s’agit d’une frappe aérienne », a déclaré Ben Rhodes, conseiller du président Barack Obama, soulignant que seuls les Russes ou le régime syrien pouvaient en être à l’origine.

« En tout état de cause, nous tenons le gouvernement russe pour responsable des frappes aériennes dans cette zone », a-t-il ajouté.

« Clairement, cela représente une énorme tragédie humanitaire qui doit être condamnée », a-t-il poursuivi. « C’est un acte scandaleux », a-t-il ajouté.


Processus diplomatique
 

Interrogé sur l’impact de ce raid sur le processus diplomatique en cours, il a estimé que cela soulevait de « sérieuses questions », mais refusé de « fermer la porte » à la poursuite des discussions.

Selon un responsable américain s’exprimant sous couvert d’anonymat, deux bombardiers russes SU-24 étaient sur la zone au moment du bombardement.

Environ 20 personnes, dont un responsable du Croissant-Rouge, ont trouvé la mort dans cette frappe.

Moscou et Damas ont démenti leur participation et un général russe a même mis en doute qu’il y ait eu un raid aérien. Le Kremlin a ensuite indiqué que l’armée russe « enquêtait » sur ce qui s’était passé près d’Alep.