Au moins 15 morts dans un attentat suicide du groupe EI à Bagdad

Le groupe EI a revendiqué l’attaque en affirmant avoir ciblé des soldats de l’armée irakienne.
Photo: Sabah Arar Agence France-Presse Le groupe EI a revendiqué l’attaque en affirmant avoir ciblé des soldats de l’armée irakienne.

Bagdad — Un attentat suicide revendiqué par le groupe extrémiste sunnite État islamique (EI) a fait dimanche au moins 15 morts dans un quartier chiite de Bagdad, a-t-on appris auprès des services de sécurité et de santé.

L’attaque menée près d’un point de contrôle dans le quartier de Kadhimiya, dans le nord de la capitale irakienne, a également fait 29 morts.

Le groupe EI a revendiqué l’attaque dans un communiqué en affirmant avoir ciblé des soldats de l’armée irakienne et des membres d’unités paramilitaires progouvernementales.


Multiplication des attentats 

Les djihadistes mènent régulièrement des attentats visant notamment la communauté chiite, majoritaire en Irak.

Le 3 juillet, ils avaient perpétré à Bagdad l’un des attentats les plus sanglants qu’ait connu l’Irak avec 292 morts et 200 blessés dans un secteur commerçant du centre de la capitale où de nombreux habitants faisaient leurs courses pour la fête du Fitr, à l’occasion de la fin du ramadan.

Cinq jours plus tard, 40 personnes avaient été tuées dans une attaque du groupe EI contre un mausolée chiite dans la ville de Balad, à 70 km au nord de la capitale.

Le groupe EI s’était emparé de vastes pans du territoire irakien à la faveur d’une offensive fulgurante en juin 2014. Mais les forces gouvernementales ont depuis repris du terrain avec le soutien aérien de la coalition internationale dirigée par les États-Unis ainsi que celui de combattants de tribus et milices locales.