Les rebelles syriens mènent une vaste offensive à Alep

Des groupes rebelles syriens ont lancé lundi une offensive majeure contre les secteurs tenus par le régime à Alep après que l’armée a coupé leur unique voie de ravitaillement vers la métropole divisée et meurtrie par les combats.

Une pluie de roquettes rebelles et des raids aériens du régime ont tué au moins 22 civils et détruit des maisons des deux côtés de la cité septentrionale.

Deuxième ville de Syrie et l’un des principaux enjeux de la guerre, Alep est divisée depuis 2012 entre quartiers aux mains du régime à l’ouest et quartiers contrôlés par les groupes rebelles à l’est.

Le 7 juillet, les forces prorégime, qui cherchent à assiéger totalement les quartiers rebelles, sont parvenues à couper la route dite du Castello, dernier axe de ravitaillement vers ces quartiers.

« Les rebelles ont lancé une vaste offensive sur quatre fronts contre les prorégime à Alep, notamment dans la vieille ville », a affirmé l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les rebelles ont tiré quelque 300 roquettes sur les secteurs ouest d’Alep, tuant au moins neuf civils, et on fait exploser un tunnel dans la vieille ville, tuant 19 soldats, selon l’OSDH.

Treize civils ont également été tués dans des raids aériens contre les quartiers rebelles lundi, la plupart dans le quartier de Bab al-Maqam, près de la ligne de front, a ajouté l’OSDH.

Ces violences interviennent malgré la trêve décrétée par le régime de Bachar al-Assad à l’occasion de la fête musulmane du Fitr et renouvelée samedi pour 72 heures. Dans les faits, le régime a poursuivi son offensive visant à encercler Alep, ainsi que ses bombardements sur les localités rebelles ailleurs dans le pays.

Moment «crucial»

À Rome, le médiateur de l’ONU en Syrie, Staffan de Mistura, a estimé que le moment était « crucial ». « Entre maintenant et septembre, nous avons une fenêtre encore ouverte » pour aboutir à une transition politique et vaincre les djihadistes, a-t-il déclaré.

Washington a par ailleurs annoncé lundi que le secrétaire d’État John Kerry se rendrait à Moscou cette semaine pour tenter de trouver un terrain d’entente sur la crise syrienne.