Yémen: les belligérants discutent des questions de fond

Koweït — Les parties en conflit au Yémen ont discuté jeudi de questions de fond lors de leurs négociations directes en cours à Koweït pour mettre fin à la guerre qui ravage leur pays depuis plus d’un an, a annoncé le médiateur de l’ONU. Trois équipes de travail conjointes, formées sous les auspices de l’ONU, ont débattu des moyens de résoudre des questions d’ordre politique et de sécurité ainsi que de la libération des détenus et des prisonniers, a dit Ismaïl Ould Cheikh Ahmed lors d’une conférence de presse. Ces équipes de travail comprennent des membres de la délégation du gouvernement et de celle des rebelles chiites houthis et de leurs alliés. Les négociations sont entrées jeudi dans leur troisième semaine alors que les protagonistes s’accusent mutuellement de ne pas respecter la trêve, constamment violée depuis son entrée en vigueur le 11 avril. « Nous avons appris que des violations du cessez-le-feu ont été commises ces deux derniers jours, ce qui est inquiétant », a commenté le médiateur de l’ONU, soulignant toutefois que ces violations ne devraient pas affecter les négociations de paix. Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Abdel Malak al-Mekhlafi, chef de la délégation gouvernementale, a indiqué avoir soumis un projet détaillé pour une levée du siège que les rebelles imposent depuis plusieurs mois à Taëz, ville du sud-ouest du Yémen.