Yémen: reprise des pourparlers directs

Koweït — Les protagonistes au Yémen ont repris mercredi des négociations directes à Koweït après une interruption de trois jours liée à des protestations du gouvernement contre des violations présumées de la trêve par les rebelles, a annoncé l’ONU. Les négociations, qui ont commencé le 21 avril, ont été interrompues dimanche après que la délégation du gouvernement a claqué la porte en accusant les rebelles chiites houthis d’avoir pris la veille la base de Al-Amaliqa, située au nord de Sanaa, en violation de la trêve. Ces négociations difficiles visent à mettre fin à un conflit qui a fait depuis plus d’un an 6400 morts, 30 500 blessés et 2,8 millions de déplacés, selon des estimations de l’ONU. L’émissaire de l’ONU au Yémen, Ismaïl Ould cheikh Ahmed, a indiqué que les deux parties avaient donné leur accord pour une mission d’enquête sur Al-Amaliqa, confiée à une commission chargée de superviser le cessez-le-feu instauré le 11 avril au Yémen. La commission doit soumettre ses conclusions dans les 72 heures et les deux parties ont promis, selon lui, de les respecter.