Une délégation de la rébellion yéménite négocie à Riyad

Une délégation des rebelles yéménites chiites Houthis, soutenus par l’Iran, se trouve à Riyad pour des négociations, a annoncé lundi le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir, peu avant une trêve et des pourparlers de paix sur la crise yéménite.

« Une délégation Houthie est en Arabie saoudite et des discussions sont en cours. Je crois que nous avons bien progressé », a déclaré le ministre aux journalistes, qui l’interrogeaient sur des négociations avec les rebelles yéménites à Riyad.

L’Arabie saoudite dirige une coalition militaire arabe, intervenue en mars 2015 au Yémen, apporte son soutien au gouvernement yéménite reconnu par la communauté internationale pour lutter contre les Houthis qui se sont emparés de vastes régions, dont la capitale Sanaa.

Le vice-prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, avait été le premier à annoncer la présence d’une délégation Houthie à Riyad, dans une entrevue publiée vendredi par l’agence Bloomberg.

« Il y a des progrès significatifs dans les négociations, et nous avons de bons contacts avec les Houthis, avec une délégation actuellement à Riyad », a dit l’homme fort du royaume, avant d’ajouter : « Nous estimons que nous sommes plus que jamais proches d’une solution politique au Yémen ».

Trêve humanitaire

De récents contacts inédits, consécutifs à une médiation tribale, ont favorisé une trêve humanitaire à la frontière entre l’Arabie saoudite et le Yémen et permis en mars des échanges de prisonniers.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a confirmé que son pays cherchait l’apaisement au Yémen, son voisin du sud.

« Nous avons réussi à parvenir à une accalmie dans les régions frontalières. Et nous oeuvrons maintenant à rapprocher les positions des parties yéménites » dans la perspective d’un cessez-le-feu à partir du 10 avril et de la reprise huit jours plus tard de pourparlers de paix interyéménites au Koweït, sous l’égide de l’ONU, a-t-il dit.

« Nous espérons que ces consultations conduiront à un règlement et à la restauration de la sécurité et de la stabilité au Yémen ainsi qu’à l’application de la résolution 2216 » du Conseil de sécurité de l’ONU, a-t-il ajouté.

Cette résolution prévoit le retrait des rebelles des villes et des régions dont ils se sont emparés par la force et la restitution de l’armement lourd saisi.