L’ONU presse le régime de faire des propositions concrètes

Genève — L’émissaire de l’ONU Staffan de Mistura a exhorté vendredi Damas à faire des propositions concrètes sur la transition politique en Syrie, à l’issue d’une semaine de pourparlers indirects à Genève avec les représentants du régime et de l’opposition.

« Je les presse [le régime] pour avoir un document, j’espère que la semaine prochaine nous aurons leur vision détaillée de la façon dont ils envisagent la transition politique », a déclaré M. de Mistura en indiquant que les négociations reprendraient lundi. « Je leur ai clairement dit qu’il ne fallait pas éviter les questions de fond », a ajouté le diplomate.

« L’opposition est allée plus en profondeur, j’ai reçu de leur part un document substantiel sur leur vision de la gouvernance et de la transition politique », a poursuivi M. De Mistura, qui s’était déjà montré élogieux la veille à l’égard de l’opposition.

À l’issue d’une semaine de navette entre les deux parties, l’émissaire de l’ONU est convenu que le fossé restait « important ». Mais « ce système de discussions indirectes a clairement contribué à ce que le processus reste sur les rails », s’est félicité M. De Mistura.

Les pourparlers de Genève visent à mettre en oeuvre une transition politique pour sortir la Syrie d’une guerre qui a fait plus de 270 000 morts en cinq ans et des millions de réfugiés.

Ils doivent aboutir à la mise en place d’un organe de transition dans six mois et à l’organisation d’élections législatives et présidentielle un an plus tard.