De nouvelles attaques font cinq morts à Jérusalem

Jérusalem — De nouvelles violences ont fait au moins cinq morts, mardi à Jérusalem.

Deux Palestiniens sont montés à bord d’un autobus avant d’ouvrir le feu et de commencer à poignarder les passagers.

Un autre attaquant a foncé en voiture contre une gare d’autobus avant de commencer à lui aussi poignarder les gens sur place.

Trois Israéliens et deux assaillants ont été tués. Plus de 15 autres personnes ont été blessées.

 

La police israélienne a fermé les principales autoroutes qui permettent d’entrer et de sortir de Jérusalem, pendant que le premier ministre Benjamin Nétanyahou convoquait une rencontre d’urgence de son cabinet de sécurité. Les policiers devaient alors présenter des propositions pour mettre fin aux violences.


Plusieurs mesures envisagées
 

Une porte-parole de la police, Luba Samri, a dit que le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, envisage plusieurs mesures immédiates, notamment de boucler des quartiers arabes de Jérusalem — d’où sont originaires plusieurs assaillants — et de faciliter l’obtention d’un permis de possession d’arme à feu.

Lors de la première attaque, un homme muni d’une arme à feu et un autre armé d’un couteau sont montés à bord d’un autobus et ont commencé à attaquer les passagers. La police dit qu’un homme de 60 ans a été tué sur le coup et une personne a succombé à ses blessures un peu plus tard.

Un des assaillants a été tué et l’autre a été maîtrisé par la foule.

Ailleurs à Jérusalem, un automobiliste a foncé sur une gare d’autobus bondée puis a commencé à poignarder des gens au hasard. Un Israélien a été tué et l’attaquant a été abattu par un garde de sécurité civil.

Deux autres attaques au couteau ont aussi fait cinq blessés dans la ville centrale de Raanana. Une victime a été touchée plus grièvement.

 

La flambée de violence du dernier mois a coûté la vie à au moins huit Israéliens et 27 Palestiniens.

Les États-Unis condamnent les attaques «terroristes»

Washington — Les États-Unis ont fermement condamné mardi les deux attaques « terroristes » perpétrées par des Palestiniens à Jérusalem, exhortant une nouvelle fois les autorités israéliennes et palestiniennes à rétablir le calme.

C’est la quatrième fois en une semaine que Washington dénonce les violences en Israël et dans les Territoires palestiniens, le département d’État ayant estimé la semaine dernière que les attaques au couteau menées par des Palestiniens relevaient du « terrorisme ».

« Les États-Unis condamnent avec la plus grande force les attaques terroristes d’aujourd’hui contre des civils israéliens qui ont provoqué le meurtre de trois Israéliens et qui ont fait de nombreux blessés », a protesté dans un communiqué le porte-parole de la diplomatie américaine, John Kirby.

« Nous restons profondément préoccupés par la montée des tensions et pressons toutes les parties de prendre des mesures concrètes pour rétablir le calme et empêcher une nouvelle poussée » de fièvre, a réaffirmé M. Kirby.

Son ministre, le secrétaire d’État John Kerry, s’était entretenu au cours du week-end avec le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou et le président palestinien Mahmoud Abbas pour leur exprimer sa « profonde inquiétude » face à la flambée de violences en Israël et en Cisjordanie.


À voir en vidéo