Les rebelles sur le point de prendre la province d’Idlib

Beyrouth — Les rebelles syriens semblent sur le point de s’emparer de la province d’Idlib, dans le nord-ouest du pays.

Ils ont intensifié mardi leurs attaques contre les quelques forces gouvernementales toujours présentes dans la région, notamment en bombardant des villages principalement chiites.

Une frappe aérienne de l’armée syrienne contre un marché de la ville d’Idlib a par contre fait au moins sept morts et 23 blessés.

Par ailleurs, un proche du président Bachar el-Assad a été arrêté en lien avec le meurtre d’un haut gradé de l’armée lors d’une altercation routière – un événement qui avait donné lieu à de rares manifestations dans un bastion côtier du clan Assad.

Une coalition de groupes rebelles qui porte le nom de Jaysh al-Fateh, ou Armée de la conquête, se dirige vers les derniers fiefs gouvernementaux de l’Idlib, soit les villages de Foua et Kfarya, qui sont majoritairement chiites et où d’importantes populations civiles sont coincées. Une base aérienne militaire voisine est toujours entre les mains du gouvernement.

Des militants expliquent que les rebelles se trouvent aux portes de Foua, au nord de la ville d’Idlib, après avoir fait exploser un tunnel sous-terrain.

L’Observatoire syrien des droits de la personne, à Londres, dit que les rebelles ont lancé plus de 1400 obus d’artillerie ou de mortier sur Foua et Kfarya, faisant au moins 20 morts dont huit civils.

De son côté, l’agence de presse officielle SANA citait lundi le gouverneur de Lattaquié, Khodr al-Salem, qui expliquait que Suleiman Assad, le fils du cousin du président, a été arrêté en lien avec le meurtre d’un autre automobiliste.

Suleiman Assad était en fuite depuis le meurtre présumé de l’officier lors d’un incident de rage au volant, il y a plusieurs jours. Plus de 1000 personnes étaient descendues dans les rues de Lattaquié pour demander son exécution.