Le Koweït rend hommage à ses morts

Koweït Ville — Des milliers de personnes ont participé à une grande procession funéraire au Koweït, samedi, pour les 27 fidèles tués la veille dans un attentat-suicide commis dans une mosquée chiite de la capitale.

La police du Koweït a indiqué qu’elle interrogeait plusieurs suspects qui pourraient être liés à l’attaque, revendiquée par une filiale du groupe armé État islamique.

Un communiqué du ministère de l’Intérieur publié samedi affirme que la police a arrêté le propriétaire de la voiture qui a été utilisée par le kamikaze pour se rendre à la mosquée Imam Sadiq de la ville de Koweït, où il a déclenché ses explosifs parmi la foule de fidèles. La police n’a pas précisé combien de suspects étaient interrogés.

L’explosion, qui a aussi blessé plus de 200 personnes, tous des hommes qui participaient à la grande prière du vendredi, est le premier attentat terroriste à frapper le Koweït depuis plus de 20 ans.

Le gouvernement a participé à l’organisation des funérailles de samedi.

Des milliers de sunnites et de chiites de tout le pays ont participé à la procession et à la prière à la Grande Mosquée de Koweït. Plusieurs brandissaient le drapeau koweïtien, tandis que d’autres avaient un simple drapeau noir en signe de deuil. Dans la foule, certains scandaient « Les sunnites et les chiites sont des frères ! »

Les groupes sunnites du Koweït et des dirigeants de tout le Moyen-Orient ont fermement condamné l’attaque qui, selon certains, visait à provoquer la colère des chiites et à déclencher une guerre intercommunautaire. La majorité des Koweïtiens sont sunnites, mais environ le tiers des 1,2 million de citoyens du pays seraient chiites.