Ehoud Olmert est condamné à huit mois de prison

Jérusalem — L’ancien premier ministre israélien Ehoud Olmert a été condamné lundi à huit mois de prison pour avoir illégalement accepté de l’argent d’un partisan américain.

M. Olmert avait été reconnu coupable par un tribunal de Jérusalem en mars dernier. Il avait précédemment écopé, l’an dernier, d’une peine de six ans de prison dans une affaire de corruption.

La carrière politique d’un homme qui semblait jadis sur le point de conclure un accord de paix historique avec les Palestiniens est donc terminée.

L’avocat d’Olmert, Eyal Rozovsky, s’est dit très déçu de cette décision et a promis de la porter en appel devant la Cour suprême d’Israël. Le tribunal a suspendu la peine pour 45 jours, ce qui veut dire que l’ancien premier ministre échappe à la prison pour le moment. Olmert a aussi reçu une sentence additionnelle suspendue de huit mois de prison et une amende de 25 000 $ US.

Témoignages favorables

Le tribunal a reçu lundi plusieurs témoignages écrits favorables à Olmert, dont ceux de l’ancien premier ministre britannique Tony Blair et de l’ancien chef du Mossad Meir Degan. Le verdict a souligné la vaste contribution d’Olmert à la société israélienne et lui a imposé une peine inférieure à ce qui était réclamé par les procureurs.

Le tribunal a toutefois statué qu’un nuage noir flotte au-dessus de ses agissements. Olmert aurait reçu au moins 600 000 $ US de l’homme d’affaires américain Morris Talansky tout au long de sa carrière politique. L’ancien premier ministre aurait utilisé cet argent à des fins personnelles, sans le déclarer comme l’exige la loi, mais aussi pour soudoyer une ancienne collaboratrice qui aurait pu offrir un témoignage incriminant à son endroit.

Les soupçons de corruption avaient contraint Olmert à démissionner en 2009. Il a été remplacé par Benjamin Nétanyahou, un partisan de la ligne dure, et les efforts de paix se sont effondrés.