L'accord sur le nucléaire iranien peut encore être empêché, dit Nétanyahou

Jérusalem — Le premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou a affirmé dimanche qu’il était encore possible de stopper un accord sur le nucléaire iranien dont il prétend qu’il permettra à Téhéran de se doter de l’arme atomique et que les grandes puissances espèrent obtenir avant fin juin.

« Il n’est pas encore trop tard pour retirer le plan qui va donner à l’Iran un accord lui ouvrant la voie à l’acquisition de l’arme nucléaire », a dit le premier ministre au cours d’une cérémonie marquant l’annexion du quartier arabe de Jérusalem Est en 1967 pendant la guerre des Six Jours.

Les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, la Chine, la Russie et l’Allemagne négocient avec Téhéran un accord sur son programme nucléaire et espèrent le conclure d’ici au 30 juin. L’objectif est d’empêcher la République islamique de mettre au point une arme nucléaire en échange de la levée des sanctions internationales qui ont des conséquences négatives sur l’économie iranienne.

Selon Israël, on ne peut faire confiance à l’Iran pour respecter un tel accord, qui de plus serait plein de failles.

« Nous sommes opposés à cet accord, et nous ne sommes pas les seuls », a dit M. Nétanyahou, ajoutant qu’il est « nécessaire et possible d’aboutir à un meilleur accord ».

Les pays arabes, notamment ceux dirigés par des musulmans sunnites dans le Golfe, craignent qu’un accord sur le nucléaire ne puisse entraîner un rapprochement entre les États-Unis et l’Iran, pays chiite qu’ils considèrent également comme étant un des instigateurs des conflits au Yémen, en Syrie et en Irak.

Le président américain Barack Obama a tenté jeudi de rassurer les pays alliés du Golfe à l’occasion d’une réunion au sommet à Camp David sur le fait qu’un accord avec Téhéran ne se ferait pas à leurs dépens.

L’Iran a toujours affirmé que son programme nucléaire était à but exclusivement civil, notamment pour la production d’énergie et à des fins de recherche médicale, et que les inquiétudes internationales sur les risques que l’Iran se dote de la bombe atomique n’avaient pas lieu d’être.

À voir en vidéo